•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lino Saputo à l’Ordre national du Québec : QS veut une réévaluation du dossier

Lino Saputo signe un registre officiel lors de la remise de l'Ordre national du Québec.

Lino (Emanuele) Saputo lors de la remise de l'Ordre national du Québec en 2011

Photo : Archives de l’Ordre national du Québec / François Nadeau

Mathieu Belhumeur

Lino Saputo a été décoré de l’Ordre national du Québec en 2011. Il s’agit de la plus haute distinction que peut recevoir un citoyen québécois. Mais les révélations de l’émission Enquête, au sujet des liens passés entre Lino Saputo et la mafia, doivent entraîner une nouvelle étude de son dossier, estime Gabriel Nadeau-Dubois.

En entrevue à Radio-Canada, le co-porte-parole de Québec solidaire interpelle le premier ministre François Legault. Ce qu’on lui demande, c’est de faire des vérifications, ou de demander à l’Ordre national d’étudier le dossier de M. Saputo et d’envisager, si c’est nécessaire, de lui retirer l’Ordre national du Québec.

On ne devrait pas donner des honneurs au nom des citoyens du Québec à des gens qui ont entretenu, ou qui auraient entretenu, des liens avec le crime organisé.

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

Il ajoute n’avoir aucun problème à ce qu’on félicite des hommes d'affaires, mais si c’est une fortune qui a été accumulée en s'acoquinant avec le crime organisé, il faut faire des vérifications, et si ça se confirme, il faut lui retirer l’Ordre national du Québec.

Appelé à commenter, un porte-parole du Conseil exécutif écrit que : Le Secrétariat de l’Ordre national du Québec ne commente pas les allégations dont peut faire l’objet l’un de ses membres sur la place publique. La Loi sur l’Ordre national du Québec prévoit la possibilité, pour le gouvernement, de radier un membre de l’Ordre. Si des discussions devaient avoir cours quant à la possible radiation d’un membre, celles-ci se feraient de façon confidentielle.

Depuis la création de l’Ordre national du Québec, il n’y a eu aucune radiation.

Ni la CAQ, ni le PLQ n’ont voulu commenter le reportage de l'émission Enquête.

Prudence au PQ

Le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, dit avoir été un téléspectateur assidu et intéressé par l’émission, mais il préfère ne rien dire là-dessus et laisse les observateurs judiciaires tirer leurs conclusions. Il rappelle au passage qu’il n’y a pas d’accusation contre M. Saputo.

Un premier organisme tourne le dos aux Saputo

Radio-Dodo, un organisme canadien qui vient en aide aux enfants victimes de brutalité ou de guerre, a choisi de suspendre tous liens avec la Fondation Lino et Mirella Saputo.

Brigitte Alepin, membre du conseil de Radio-Dodo, soutient qu’en raison des révélations présentées dans le reportage d'Enquête Radio-Dodo, avec le patronage de la Commission canadienne pour l’UNESCO, doit malheureusement suspendre toutes démarches impliquant, de près ou de loin, la Fondation Lino et Mirella Saputo, et ce, jusqu’à ce que la lumière soit faite sur ces révélations.

« Aucun commentaire »

Lino Saputo a siégé au conseil d’administration de la Banque Nationale dans les années 90. L’institution financière n’a voulu formuler aucun commentaire sur les révélations de l'équipe d’Enquête. Même chose pour l’Institut de cardiologie de Montréal qui a reçu 10 millions de dollars des Saputo en 2017, par l’entremise de leur fondation.

Du côté de l’Université Concordia, qui a aussi reçu 10 millions de dollars de la famille Saputo, on préfère également ne pas commenter le dossier. L’Université Concordia a décerné un doctorat honorifique à Lino Saputo en 2015.

Avant la diffusion de son reportage, l'équipe d'Enquête a reçu une déclaration écrite de l'avocat de Lino Saputo qui indiquait que son client n’a jamais entretenu de liens avec le crime organisé, que ce soit de manière directe ou indirecte. Le même message se trouve dans l'autobiographie du prospère homme d'affaires publiée cet automne.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Politique provinciale

Politique