•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « hackaton » pour faire rayonner l'industrie technologique du Nord de l'Ontario

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité.

Les programmeurs sont invités à relever l'un des deux défis d'apprentissage automatique qui puisent leurs racines dans le monde minier.

Photo : iStock

Radio-Canada

Vendredi soir marquait le début du hackathon de Hard-Line, une entreprise du Grand Sudbury spécialisée dans les technologies minières. Une soixantaine de programmeurs participent à un marathon de défis informatiques durant 42 heures.

Afin de maximiser leurs chances de réussite, les concurrents sont invités à former des équipes et… à dormir sur place, à condition qu’ils aient leur sac de couchage. Les repas sont gratuits, tout comme l’admission.

Daniel Lamoureux, un ancien étudiant de l’Université Laurentienne, fait partie de ceux qui privilégieront le travail au sommeil. Le Red Bull et le café vont nous aider avec ça, dit-il en riant.

Son partenaire et lui feront face à un défi d’apprentissage automatique. Ils devront créer un programme informatique capable d’identifier et de suivre un bras robotisé à l’aide d’une caméra. Une situation typique du genre de défi informatique que l’on retrouve dans l’industrie minière.

C’est comme apprendre à un enfant ce qu’est un chat. Après, lors qu’il voit un animal, il est capable de savoir s’il s’agit d’un chat ou non.

Daniel Lamoureux, participant au hackathon

Son partenaire et lui, qui travaillent en programmation depuis deux ans, ne connaissaient rien de cette branche de l’informatique avant leur inscription. Deux mois et plusieurs tutoriels en ligne plus tard, ils sont fin prêts.

Ça va être beaucoup de plaisir, mais ça va être beaucoup de travail aussi, résume-t-il.

Un série d'écrans.

Le hackathon de Hard-Line compte sur les installations technologiques du NORCAT.

Photo : Courtoisie / Claude Sharma

Démontrer le potentiel du nord

Rassembler les gens du milieu et leur offrir une façon originale d’apprendre de nouvelles choses est l’un des objectifs du hackathon, explique Korey MacDougall, responsable du développement de produit chez Hard-Line.

Mais il s’agit aussi de faire rayonner l’industrie technologique du Nord de l’Ontario.

On aimerait démontrer les capacités techniques et technologiques de Sudbury. Il y a, en quelques sortes, un exode des talents vers le sud, alors qu’il y a plein d’opportunités ici.

Korey MacDougall, responsable du développement de produit chez Hard-Line
Un homme dans un siège mécanisé.

Korey MacDougall estime que de chronométrer les participants peut stimuler leur créativité.

Photo :  CBC / Casey Stranges

Il y a plusieurs entreprises à Sudbury qui proposent des technologies intéressantes et il y a des industries qui permettent leur application concrète, poursuit-il. Une réalité qui gagnerait, selon lui, à être mieux connue des finissants en informatique qui cherchent plutôt à rejoindre les grands centres.

Le responsable du développement de produit estime donc qu’il s’agit d’un moment clé pour mettre en relation les entreprises avec les étudiants et les programmeurs ayant des intérêts rejoignant leur domaine d'activité.

Faire front commun

Nous ne sommes certainement pas les seuls dans notre communauté qui se sont engagés à renforcer notre réputation d'innovation, avance pour sa part Felicia Brunelle, vice-présidente au développement des affaires de Hard-Line. L’événement se déroule d’ailleurs à NORCAT, un centre de technologie et d'innovation à but non lucratif.

Mme Brunelle explique travailler en étroite collaboration avec les établissements postsecondaires. L’Université Laurentienne et le Collège Cambrian sont d'ailleurs partenaires du hackathon.

L’Université et les collèges ont réussi à attirer des étudiants du monde entier à Sudbury.

Felicia Brunelle, vice-présidente au développement des affaires, Hard-Line

L'immigration est l'une des sources d'afflux de main d'œuvre qualifiée dans le secteur technologique sudburois.

Le hackathon de Hard-Line se termine le 19 janvier à midi. Les gagnants seront annoncés en ligne à la fin du mois.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Informatique