•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus américains réclament un embargo sur le crabe des neiges canadien

Gros plan sur un crabe des neiges.

La pêche au crabe est-elle menacée par un embargo américain? (archives)

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Radio-Canada

Des élus américains de l'État du Maine demandent à Washington d’imposer un embargo sur les importations de crabes des neiges du Canada, une demande qui suscite de nombreuses réactions au pays.

Dans une lettre envoyée le 17 décembre au Secrétaire au Commerce des États-Unis, des élus républicains et démocrates accusent les pêcheurs canadiens d'être responsables de la hausse des mortalités de baleines noires.

Ils affirment notamment que les engins de pêche des crabiers canadiens sont liés aux empêtrements et aux décès des mammifères. Neuf baleines noires ont été trouvées mortes lors de la dernière saison de pêche, dont huit en eaux canadiennes.

Sur cette photo d'avril 2008, une baleine noire plonge dans les eaux au large de Cape Cod, au Massachusetts.

La baleine noire de l'Atlantique Nord est une espèce en voie de disparition. Il ne reste qu'environ 400 individus dans le monde.

Photo : Associated Press / Stephan Savoia

Le président de l'Association des crabiers gaspésiens, Daniel Desbois, rappelle toutefois que ces morts n'ont pas été associées aux pêcheurs.

Il n'y a rien qui prouve que les mortalités étaient liées aux activités de pêche. C'était surtout lié à des collisions avec les navires marchands, affirme M. Desbois.

Le président de l’Association des pêcheurs de crabe de la zone 17, René Landry, abonde dans le même sens.

Il y a eu huit baleines mortes, il y en a eu cinq qui ont été frappées par des gros bateaux, et les trois autres ils ne savent pas.

René Landry, président de l’Association des pêcheurs de crabe de la zone 17

M. Landry souligne par ailleurs que les baleines noires sont complètement absentes de certaines zones de pêche.

Dans la zone 17, on n'a jamais vu de baleines noires. Ça fait 50 ans que je pêche dans cette zone-là. C'est un secteur, faut pas généraliser, c'est pas le Canada, insiste-t-il.

René Landry lors d'une entrevue avec Radio-Canada, dans les studios de Rimouski.

René Landry, président de l'Association des pêcheurs de crabe de la zone 17.

Photo : Jean-Pierre Perouma

Il soutient également que les mesures de protection de la baleine noire de l'Atlantique Nord mises en place par Ottawa sont plus sévères que celles en place aux États-Unis. Le Canada fait beaucoup d'efforts, c'est 90 % plus sévère qu'aux États-Unis, avance M. Landry.

La biologiste Lyne Morissette ajoute qu'il est faux d'affirmer que les mesures canadiennes de protection de la baleine noire n'ont pas été efficaces dans les dernières années. Elle voit dans cette demande américaine un geste purement politique.

La première explication que je me fais de cette situation-là, c'est que la campagne électorale est commencée et ce genre de messages qui émanent des groupes d'intérêt de la côte est américaine visent surtout à attirer l'attention, observe la biologiste.

Une menace en l'air?

Ni M. Landry ni M. Desbois ne s'inquiètent outre mesure de l'initiative des élus du Maine.

Si le Canada prend soin de donner les bonnes informations aux Américains, je ne pense pas que ça aille plus loin que ça, avance M. Desbois.

Le directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels, Jean Lanteigne, estime pour sa part qu'il ne faut pas prendre cette demande à la légère.

Ce serait naïf de balayer ça sous le tapis parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se produire sur le plan politique, surtout au pays de M. Trump. Est-ce que c'est préoccupant? La réponse est oui.

Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels

Les pêcheurs s'entendent toutefois pour dire qu'un tel embargo serait catastrophique pour l'industrie canadienne du crabe des neiges, qui exporte 90 % de ses captures aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !