•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virus chinois : 3 aéroports américains vont le dépister chez les passagers venant de Wuhan

 Un voyageur traînant sa valise dans un aéroport.

Un voyageur à l'aéroport international John F. Kennedy, à New York

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Agence France-Presse

Trois grands aéroports américains, à New York (JFK), Los Angeles (LAX) et San Francisco (SFO) vont procéder au dépistage d'un virus proche du SRAS chez les passagers de vols en provenance de la ville chinoise de Wuhan, où il a été décelé.

La mesure, annoncée vendredi par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), entre immédiatement en vigueur.

Ces trois aéroports accueillent la plupart des voyageurs provenant de Wuhan, en vol direct ou après une ou deux escales, ont indiqué les CDC dans un communiqué.

Deux patients sont morts de problèmes respiratoires liés à ce virus, proche de celui qui avait provoqué l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003.

Jusqu'à présent, une quarantaine de cas ont été recensés en Chine, tous à Wuhan. Le virus semble trouver son origine dans un marché de cette ville de 11 millions d'habitants.

En fonction des informations actuellement disponibles, le risque [que pose le virus] pour les Américains est considéré comme faible.

Centres de contrôle et de prévention des maladies

Les CDC souhaitent néanmoins prendre des précautions.

L'agence fédérale américaine a dépêché environ 100 personnes dans les trois aéroports concernés pour aider le personnel sur place à réaliser ce dépistage.

Des centaines de contaminations probables

Bien que le bilan officiel fasse état d'une quarantaine de cas, le virus a probablement contaminé des centaines de personnes de plus que le chiffre officiel, selon des scientifiques d'un centre de recherches de l'Imperial College à Londres, qui conseille des institutions comme l'Organisation mondiale de la santé.

Ils affirment dans une étude que 1723 personnes contaminées est un chiffre bien plus probable. Ce bilan tient compte de l'ensemble des informations alors disponibles au 12 janvier.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont basés sur le nombre de cas détectés jusqu'à présent hors de Chine - deux en Thaïlande et un au Japon - pour en déduire le nombre des personnes vraisemblablement infectées à Wuhan, sur la base des données des vols internationaux au départ de l'aéroport de la ville.

Pour que Wuhan ait exporté trois cas vers d'autres pays, il faut qu'il y ait beaucoup plus de cas que ce qui a été annoncé, a expliqué à la BBC le professeur Neil Ferguson, l'un des auteurs de l'étude.

Je suis nettement plus préoccupé que je ne l'étais il y a une semaine.

Neil Ferguson, chercheur à l'École de santé publique de l'Imperial College de Londres

L'épidémie alimente les craintes d'une réapparition d'un virus de type SRAS, hautement contagieux, qui avait tué quelque 650 personnes en Chine continentale et à Hong Kong en 2002-2003.

Quelques mesures au Canada

À l'heure actuelle, le risque global pour les Canadiens est évalué comme faible, a mentionné Santé Canada par voie de communiqué, vendredi. Cette évaluation, affirme-t-on, est fondée sur le fait que le Canada n'a pas de vols directs en provenance de Wuhan et que le nombre de voyageurs arrivant indirectement de Wuhan est faible.

Santé Canada diffusera des messages sur les écrans des arrivées aux aéroports internationaux de Toronto, de Montréal et de Vancouver, rappelant aux voyageurs de Wuhan d'informer un agent des services frontaliers de leurs symptômes grippaux, s'ils en présentent.

Enfin, une question supplémentaire sera ajoutée sur les formulaires aux kiosques électroniques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !