•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Québécois accusé de menaces envers Justin Trudeau et la communauté musulmane

Une personne tape sur un clavier d'ordinateur portable.

André Audet est accusé d'incitation publique à la haine et d'avoir fomenté volontairement la haine.

Photo : getty images/istockphoto / DragonImages

La Presse canadienne

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) indique qu'un homme de Boucherville a été accusé relativement à des menaces qui auraient été proférées en ligne contre le premier ministre Justin Trudeau et la communauté musulmane.

André Audet, âgé de 62 ans, a comparu au palais de justice de Longueuil le 9 janvier; il a été accusé d'incitation publique à la haine et d'avoir fomenté volontairement la haine. Selon les actes d'accusation déposés au palais de justice, les crimes se seraient produits entre le 1er janvier et le 22 octobre 2019, le lendemain des dernières élections fédérales.

La porte-parole de la GRC Mélanie Cappiello-Stebenne indique dans un courriel que c'est l'Équipe intégrée de la sécurité nationale qui avait enquêté dans cette affaire. Elle rappelle que la police fédérale prend toutes les menaces au sérieux et que les commentaires violents ne sont pas tolérés.

Les personnes qui rédigent de tels commentaires sont passibles de sanctions graves. Bien que ceux qui font l'objet de l'enquête n'aient peut-être pas été en contact direct avec les personnes ou les groupes ciblés, leurs commentaires sont tout aussi inquiétants et pourraient conduire à des actes de violence.

Mélanie Cappiello-Stebenne, caporale de la GRC

À Ottawa, le cabinet de Justin Trudeau a rappelé qu'il refuse de commenter les questions relatives à la sécurité du premier ministre.

André Audet doit revenir devant le tribunal le 24 mars.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.