•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, ce graphique ne démontre pas que les décès liés aux changements climatiques diminuent

Un graphique prétend illustrer que les décès reliés aux changements climatiques ont diminué en flèche depuis le début du siècle. Cependant, lorsque l’on considère les décès causés par des températures extrêmes, on constate la tendance inverse.

Le mercure indique 35 °C sur un thermomètre.

En réalité, les décès causés par des températures extrêmes sont en forte augmentation.

Photo : iStock / Marc Bruxelle

Bouchra Ouatik

Le graphique en question a été publié sur Twitter par Bjorn Lomborg, professeur en sciences politiques danois et auteur d’un livre intitulé Skeptic Environmentalist (en français: « l’environnementaliste sceptique »).

M. Lomborg y compare les décès attribués à des catastrophes naturelles reliées au climat — soit les inondations, les sécheresses, les tempêtes, les feux de végétation et les températures extrêmes — avec les décès attribués à des catastrophes naturelles qu’il considère comme n’étant pas reliées au climat, soit les séismes, les tsunamis et les volcans.

Le graphique, partagé entre autres par le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, semble démontrer que les décès reliés aux changements climatiques ont baissé de façon considérable depuis 1920.

Cependant, lorsque l’on analyse en détail les données utilisées par M. Lomborg (Nouvelle fenêtre), on constate une tout autre tendance. Les décès causés par des températures extrêmes ont augmenté en flèche depuis le début des années 1980 et continuent de croître.

Lorsqu’on y ajoute les décès attribués à d’autres types de catastrophes naturelles, cela brouille les résultats, puisqu’il y a eu un plus grand nombre de décès liés à des sécheresses dans les années 1920 et 1940, ainsi qu’un grand nombre de décès attribués à des inondations dans les années 1930.

Les données en question ont été compilées par le Bureau d'assistance aux catastrophes à l'étranger de l'Agence des États-Unis pour le développement international ainsi que par le Centre de recherche sur l'épidémiologie des catastrophes de l'Université catholique de Louvain, en Belgique.

Décrypteurs, notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Changements climatiques

Environnement