•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2,8 G$ blanchis par le milieu criminel sur les échanges de cryptomonnaie en 2019

Une pièce dorée ornée du logo de Bitcoin.

Des escrocs font affaire avec des intermédiaires pour contourner les mesures antifraude des échanges de cryptomonnaie.

Photo : Getty Images / jansucko

Radio-Canada

Plus de 2,8 G$ en bitcoins acquis de façon illicite ont été blanchis sur les échanges de cryptomonnaie, ces sites qui permettent de convertir des monnaies cryptographiques en monnaie fiduciaire, en 2019, selon la firme d’analyse de chaîne de blocs Chainalysis.

Il s’agit là d’une augmentation significative par rapport à 2018, année où environ 1 G$ avaient été blanchis sur les échanges de cryptomonnaie, selon cette même firme d’analyse. Plus de la moitié de ces transactions ont eu lieu sur deux des échanges les plus populaires, Binance et Huobi.

Comment l’argent est-il blanchi?

Ces deux plateformes ont une politique de connaissance de la clientèle, mieux connue sous son appellation anglaise know your customer. En principe, celle-ci permet de vérifier l’identité des clients et clientes d’une entreprise et prévenir la fraude ou le blanchiment d’argent, mais il semblerait que des escrocs font affaire avec des intermédiaires pour contourner ces mesures de sécurité.

Ces personnes faciliteraient les échanges entre deux parties, rendant plus complexe le suivi des fonds. Chainalysis présente d’ailleurs dans son rapport une liste d’une centaine de comptes qu’elle suspecte de participer à ce stratagème. Ceux-ci sont extrêmement actifs et déplacent de plus en plus de fonds, mois après mois, depuis 2017.

Chainalysis implore les échanges de cryptomonnaie d’appliquer plus strictement leurs politiques de connaissance de la clientèle pour mettre un terme aux activités criminelles entourant le bitcoin. Si [ces gens] n’avaient aucune manière de convertir légalement leur cryptomonnaie, ils auraient moins d’incitatifs à commettre des crimes, estime la firme d’analyse sur son blogue.

Avec les informations de MIT Technology Review, et Yahoo Finance

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !