•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UOF « attend impatiemment la ratification de l’entente », selon Dyane Adam

Un bloc-notes noir avec le logo de l'UOF est posé sur un bureau.

Le gouvernement fédéral a accordé un financement de 1,9 million de dollars à l'équipe de mise en œuvre de l'Université de l'Ontario français (UOF).

Photo : Facebook / Université de l'Ontario français

Marguerite Gallorini

Alors que le financement du gouvernement fédéral s'est terminé le 15 janvier, la première université française de la région de Toronto attend désormais la ratification de l’entente entre la province et le fédéral pour débloquer les 120 millions de dollars promis en septembre.

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l'Université de l'Ontario français (UOF), affirme que les projets vont bon train et qu’il ne manque plus que l'aide financière des deux gouvernements pour signer le bail du futur campus.

Le site web serait aussi bientôt terminé et sera annoncé dans quelques semaines, selon Dyane Adam.

Elle réitère que le Conseil a un échéancier bien précis, et qu'il s’y tient. Nous allons accueillir notre première cohorte en septembre 2021 pour les quatre programmes initiaux sur les cultures numériques, les environnements urbains, la pluralité humaine et l'économie mondialisée.

Un chantier qui a besoin de carburant

Elle souligne que tout est à faire en même temps : [sur un plan] humain, physique, numérique, de communication - pour le recrutement des étudiants : tout ce que ça implique de démarrer de cette envergure-là.

Dyane Adam au micro de Radio-Canada.

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l’Université de l'Ontario français, lors de l'annonce du premier programme qui sera offert par l'établissement.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

En attendant, Dyane Adam considère l’UOF comme une start-up, une entreprise en démarrage. L’équipe actuelle est composée de sept employés et du Conseil de gouvernance qui sont des bénévoles, comme moi. Elle assure que tout le monde est enthousiaste.

À terme, cette petite équipe devrait atteindre un effectif de 100 personnes ou plus. La priorité, c’est vraiment l’équipe de direction et l’équipe administrative en ce moment, qui devraient être opérationnelles en mai ou juin. Je dirais que pendant l’été, ce sera davantage le corps professoral pour démarrer la première année universitaire et développer les cours.

Avec toutes ces initiatives-là, ça démarre en trombe, alors on a évidemment besoin des ressources financières qui font partie de cette entente-là. [...] C’est le carburant pour permettre à tous ces travaux-là d’être réalisés.

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l'Université de l'Ontario français

Il nous reste des fonds suffisants, dit-elle du financement de 1,9 million de dollars du gouvernement fédéral qui est officiellement arrivé à échéance le 15 janvier 2020. Mais c’est sûr que là [...], on doit vraiment se bonifier et ça commande des ressources financières beaucoup plus importantes.

On a tous les plans d’embauche prêts pour actualiser ça dès que les sommes arrivent dans notre compte en banque, assure la présidente.

Une ratification imminente

Selon Jérémy Ghio, directeur des communications de la ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly : Il y a de la bonne foi des deux côtés dans ce dossier. La balle est pour le moment dans le camp du provincial, selon le porte-parole fédéral.

Le gouvernement ontarien assure s’être engagé dans un dialogue ouvert avec le gouvernement fédéral au sujet des détails d’une entente finalisée pour l’UOF, et Dyane Adam affirme aussi être en contact régulier avec la province. Ils sont très conscients de nos plans et de l’urgence d’agir. [...] C’est imminent.

Dans une réponse écrite à Radio-Canada, l’attaché de la ministre ontarienne des Transports et des Affaires francophones Caroline Mulroney, Jean-Philippe Chartré, affirme que c’est notre espoir que cette entente soit [ratifiée] par toutes les parties sous peu. Il ajoute : Nous aurons plus de choses à dire dans un avenir rapproché.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique fédérale