•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chasse à l’ours du printemps pourrait être permanente

Un ours noir, sur des roches

La province veut les commentaires des Ontariens sur les changements proposés pour faire de la chasse à l’ours noir du printemps, une activité permanente et contrôlée.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement Ford a annoncé vendredi des consultations pour faire de la chasse printanière à l’ours noir une saison de chasse régulière.

Depuis 2014, cette chasse se pratique dans le cadre d’un projet pilote.

En devenant permanente, la chasse printanière à l’ours noir serait assujettie à un examen annuel.

Un homme devant un tableau

Selon le ministre des Richesses naturelles et des Forêts, John Yakabuski, une saison régulière surveillée permettrait aux pourvoyeurs touristiques, aux propriétaires de camp et aux chasseurs de mieux planifier leurs activités sur toute l’année et de soutenir les entreprises locales.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

La province continuera de surveiller les populations d’ours noir, les résultats de la chasse et les indicateurs de viabilité pour appuyer son examen annuel et veiller à ce que les populations d’ours noir soient gérées de manière viable, laisse entendre le ministre des Richesses naturelles et des Forêts John Yakabuski, dans un communiqué.

J’encourage les gens à commenter, car il semble que ça ressemblera à un système de vignettes et l’on sait que les vignettes pour les orignaux, les gens sont mécontents, répond le député néo-démocrate de Timmins, Gilles Bisson.

Selon lui, il faut un système juste pour permettre aux adeptes d’obtenir une chance de pouvoir chasser l’ours noir.

Un ours noir dans la forêt attiré par des appâts.

Le projet pilote concernant la chasse printanière à l’ours noir dans toutes les unités de gestion de la faune qui offre une chasse à l’automne en est à sa dernière année en 2020.

Photo : Michel Beaudry

Rendre le projet pilote de cinq ans une chasse permanente est une bonne nouvelle, selon Conrad Morin.

Le chasseur et trappeur de Hearst croit que le retour de cette chasse viendra corriger une erreur qu’il qualifie de magistrale, lorsque les conservateurs de Mike Harris avaient décidé de l’abolir en 1999.

Il est interdit de tuer les femelles et les oursons et selon M. Morin la chasse printanière permet de contrôler la population mâle, responsable en partie, des problèmes d’ours nuisibles en milieu urbain.

Le retour de cette chasse serait aussi bénéfique pour les pourvoyeurs.

Juste à Hearst, nous en avions cinq et il n’en reste que deux.

Conrad Morin, chasseur et trappeur
Une maman ours et son petit ours noir sont dans un champ d’herbe

Il demeurera illégal de récolter des oursons ou des femelles avec oursons au printemps. Ce crime est passible d’une amende de 25 000 $ et d’une peine d’emprisonnement.

Photo : Associated Press / Mark Thiessen

C’est le comité consultatif de gestion de la chasse au gros gibier, formé l’an dernier qui propose les changements.

La saison de chasse serait aussi réduite dans la péninsule de Bruce, en raison d’un déclin de la population d’ours noir dans cette région.

Selon la province, environ 25 000 permis de chasse à l’ours sont vendus en Ontario et rapportent 2,4 M$ dans les coffres du gouvernement.

Un ours noir qui traverse une rue

Chaque année, des ours noirs se baladent en milieu urbain notamment en raison de l’absence de nourriture en forêt. Mais plusieurs croient que c’est une surpopulation qui occasionne leur déplacement dans les zones habitées.

Photo : Steve Kinderman

Cet argent est réinvesti dans la gestion de la faune terrestre et aquatique.

Les chasseurs peuvent commenter les changements proposés sur le Registre environnemental de l’Ontario jusqu’au 18 février 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Économie