•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cible du ministère presque atteinte pour le lavage des mains dans l'Est-du-Québec

Les CISSS croient pouvoir atteindre un taux de conformité de 80 % très bientôt.

Une personne se lave les mains sous le jet d'eau d'un lavabo.

On note des améliorations dans tous les CISSS de l'Est-du-Québec.

Photo : iStock

Jérôme Lévesque-Boucher

Alors que le taux de conformité pour le lavage des mains suscitait récemment des inquiétudes dans le réseau de la santé québécois, les Centres de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Est-du-Québec notent que le personnel soignant et les usagers sont de plus en plus assidus.

C'est au CISSS de la Côte-Nord qu'on note la plus grande amélioration. Selon les données colligées par le Centre intégré, le taux de conformité pour le lavage des mains est de 79 % à ce moment-ci.

En 2017-2018, nous avions un taux de conformité de 55 %. On voit que le message commence à passer, affirme Nathalie Landry, conseillère-cadre en prévention des infections au CISSS de la Côte-Nord.

Sachant que la cible prescrite par le ministère de la Santé et des services sociaux est de 80 %, Mme Landry est la première à admettre qu'il y a encore du travail à faire.

On continue le travail pour sensibiliser tout le monde. C'est peut-être utopique de croire qu'on va atteindre un taux de conformité de 100 %, mais on veut toujours s'approcher de la perfection.

Nathalie Landry, conseillère-cadre en prévention des infections au CISSS de la Côte-Nord

La tendance est aussi encourageante en Gaspésie où le taux de conformité a fait un bon de 10 % en un an.

Nous avons observé un taux de conformité de 61 % l'an dernier. Nous en sommes maintenant à 71 %. Nous sommes persuadés qu'avec les mesures qu'on a mises en place et celle qu'on désire mettre en place éventuellement, on va y arriver, précise le directeur de la qualité, de l'évaluation et de la performance et de l'éthique du CISSS de la Gaspésie, Jean-Luc Gendron.

Une affiche indique qu'il obligatoire en tout temps de se laver les mains.

Un poste de lavage de mains, à l’entrée d'un centre hospitalier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent en queue de peloton

C'est au Bas-Saint-Laurent que le taux de conformité est le plus bas dans l'Est-du-Québec. En date d'aujourd'hui, nous en sommes presque à 64 % de taux de conformité, rapporte Mylène Guénard, chef de service en prévention et contrôle des infections au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Dans la foulée, Mme Guénard ajoute qu'il s'agit d'une nette amélioration par rapport à l'année 2017-2018. À ce moment, nous avions un taux de conformité de 34 %. Nous avons réellement progressé, mais nous savons qu'il y a encore de la sensibilisation à faire, dit-elle.

Les solutions envisagées

Les trois CISSS ont des stratégies similaires pour atteindre la cible ministérielle de 80 %. En plus des campagnes de communication internes, l'accessibilité des produits d'hygiène et la surveillance en continu font partie des solutions.

On veut que l'ensemble des directions, avec leurs gestionnaires, puissent faire des rétroactions avec leurs employés pour être certain qu'on aille tous dans le même sens, dit Nathalie Landry, conseillère cadre en prévention des infections au CISSS de la Côte-Nord.

On souhaite aussi que les patients soient vigilants à l'égard du personnel soignant, à savoir si le lavage de mains a eu lieu avant de recevoir des soins, note le directeur de la qualité, de l'évaluation et de la performance et de l'éthique du CISSS de la Gaspésie, Jean-Luc Gendron.

On veut vraiment une formation et une sensibilisation en continue pour que le taux de conformité soit le plus haut possible, ajoute Mylène Guénard, chef de service en prévention et contrôle des infections au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Une personne appuie sur une pompe pour mettre du savon dans sa main.

Une plus grande accessibilité aux produits d'hygiène des mains fait partie des solutions envisagées afin d'atteindre la cible de taux de conformité du ministère de la Santé et des services sociaux.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Penser aux autres

Les trois intervenants sont d'accord pour dire que le lavage des mains demeure essentiel pour la salubrité des établissements de soins.

Comme pour la vaccination, il faut surtout penser aux autres. Même si nous avons une santé de fer, il faut toujours se dire qu'on est en établissement de soin où des gens sont plus fragiles, conclut M. Gendron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Santé publique