•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un drone payé 2000 $ inutilisé et remisé par la police de Trois-Rivières

Un drone en plein vol

Les nouvelles règles fédérales viennent encadrer étroitement l'utilisation de drones au Canada.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

La nouvelle réglementation resserrée sur l’utilisation de drones au Canada a mené la police de Trois-Rivières à remiser un appareil qu’elle avait acheté en 2015 et qui n’a à ce jour jamais servi.

Acheté au coût de 2000 $, le drone de la police de Trois-Rivières devait servir à plusieurs situations. Dans le cas de recherches en forêt, lors de manifestations, au contrôle de foule, énumère le sergent Luc Mongrain, responsable des relations publiques à la police de Trois-Rivières, qui pense aussi que l’appareil aurait pu être utile sur des scènes de crime.

Les opérations de drones, policiers ou autres, sont régies depuis juin 2019 par une nouvelle réglementation de Transports Canada. Elle encadre notamment la qualification des pilotes selon la complexité des manœuvres à faire.

Le directeur des systèmes d’aéronefs télépilotés de Transports Canada Félix Meunier explique que pour les opérations de base, loin d’un aéroport et à plus de 30 mètres des personnes, le drone doit être enregistré et le pilote doit réussir un examen en ligne. Plus près des gens ou d’un aéroport, on a besoin d’un examen plus serré, d’une certification de pilote et de l’autorisation de NAV Canada.

Pour la police de Trois-Rivières, les nouvelles exigences font en sorte qu’il leur est plus simple de demander l’aide de la Sûreté du Québec pour opérer un drone que de sortir le leur. Les forces policières trifluviennes ont donc décidé de remiser leur appareil jusqu’à nouvel ordre.

Avec les informations de Sarah Désilets-Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Forces de l'ordre