•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 10 ans s’éteignait Kate McGarrigle, phare de la musique folk

    Kate McGarrigle qui chante en s'accompagnant au piano.

    Au cours de sa carrière, Kate McGarrigle a enregistré dix albums, en compagnie de sa sœur Anna.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 18 janvier 2010, la chanteuse montréalaise Kate McGarrigle, mondialement connue pour le duo qu’elle formait avec sa sœur Anna, est emportée par un cancer. Retour en archives sur la carrière aussi spectaculaire qu’atypique de cette famille musicienne.

    La musique en héritage

    Kate McGarrigle est la cadette d’une famille de trois filles. Jane, Anna et elle naissent à Montréal et grandissent à Saint-Sauveur-des-Monts dans les Laurentides au sein d’une famille bilingue qui, dès qu’elle en a l’occasion, se réunit autour du piano pour entonner des chants tant en anglais qu’en français.

    Très jeunes, les sœurs McGarrigle apprennent le piano. Adolescentes, elles retournent à Montréal pour leurs études. Bien qu’Anna choisisse d’étudier les arts visuels et Kate les sciences, la musique reste très présente dans leur vie.

    Au cours des années 1960, Kate et Anna chantent d’abord en compagnie d’autres artistes. Avec Jack Nissenson et Peter Weldon, elles forment le quatuor Mountain City Four. Elles interprètent également des chansons folkloriques au sein du Trio canadien.

    On peut entendre ici Le Trio canadien à l’émission Youth Special diffusée sur CBC le 29 septembre 1962.

    Youth special, 29 septembre 1962

    Au début des années 1970, Kate McGarrigle part s’installer à New York à Greenwich village, le cœur du renouveau folk. C’est à cette époque qu’elle y rencontre son mari, le chanteur Loudon Wainwright III. Le couple aura deux enfants, Rufus en 1973 et Martha en 1976. Tous deux ont hérité des talents musicaux de leurs parents et suivent aujourd’hui leurs pas.

    Des rencontres importantes sur le chemin du succès

    Lors de son séjour à New York, Kate continuera de collaborer avec sa sœur Anna à la conception de chansons. Comme l’explique la journaliste Carmel Dumas dans ce reportage radio diffusé le 21 juillet 1979 dans l’émission Au fil des arts, c’est d’abord nos voisins du sud qui ont découvert le duo McGarrigle.

    Au fil des arts, 21 juillet 1979 (audio)

    Leurs paroles ont beaucoup plu aux Américains. (...) Maria Muldaur chantait leurs chansons, Linda Ronstadt a chanté leurs chansons et même Twiggy (...). Les Américains les ont découvertes beaucoup plus tôt parce que cela tombait plus dans leur mouvement de musique.

    Carmel Dumas, journaliste

    Les sœurs McGarrigle ont toujours chanté dans les deux langues, même aux États-Unis.

    En 1974, séduit par les paroles de leurs chansons, un membre de la compagnie Warner Brothers demande aux sœurs McGarrigle de lui envoyer un démo. Comme le travail est concluant, une entente est signée entre le célèbre producteur et les sœurs montréalaises. 

    Leur premier album éponyme sort au début de l’année 1976. C’est sur ce disque que figure leur grand succès Complainte pour Sainte-Catherine, qui les fera connaître au Québec, mais également ailleurs dans le monde. En Hollande, la chanson figurera dans le top dix des chansons les plus populaires.

    Quand j’ai entendu la Complainte pour Sainte-Catherine naturellement comme bien du monde, je suis tombé par terre.

    Michel Rivard, auteur-compositeur-interprète

    Kate et Anna, interprètent la chanson accompagnée de leur sœur Jane à l’émission Allô Boubou le jour de la Saint-Catherine, le 25 novembre 1983.

    Allo Boubou, 25 novembre 1983

    Le premier album des sœurs McGarrigle reçoit les éloges de la critique américaine. Alors que le New York Times l’inscrit dans la liste des meilleurs albums de l’année 1976, le magazine Melody Maker le place au sommet de son palmarès. Le duo chantera à la populaire émission Saturday Night live l’année suivante.

    Un son et un style bon enfant qui rallie famille et amis

    Sur scène, les McGarrigle s’entourent de ceux qu’elles aiment, les amis, la famille. Cela donne lieu à des sessions informelles de musique spontanée, un tantinet échevelée, mais toujours sympathique.

    Leur joie est communicative. Elles donnent à leur spectacle des airs festifs. Ces multi-instrumentistes s’inspirent de leur vie quotidienne pour créer leur poésie. Leurs voix s’harmonisent tout naturellement aux sons des guitares, accordéons, pianos et banjos. La musique est leur maison.

    Le 19 janvier 2010 au Téléjournal, la journaliste Lise Villeneuve trace un portrait de Kate McGarrigle.

    Téléjournal, 19 janvier 2010

    De 1975 à 2009, les sœurs McGarrigle ont enregistré 10 albums. Kate McGarrigle a donné son dernier concert en 2009 au Royal Albert Hall de Londres.

    Malgré les nombreux honneurs reçus en carrière, les McGarrigle ont toujours gardé leur popularité discrète. D’une manière simple et humble, avec un amour infini pour la musique, Kate McGarrigle aura su faire briller son étoile au firmament de la musique folk.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Arts