•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, une étude ne conclut pas que les amateurs de gin sont des psychopathes

Plusieurs médias ont mal interprété les résultats d’une étude publiée en 2014 qui se penche sur les possibles liens entre la préférence pour les goûts amers chez certains individus et des traits de personnalité antisociale.

Un verre de gin-tonic agrémenté d'une lime

Les conclusions d'une étude ont été grandement exagérées.

Photo : iStock

Des articles trompeurs ont été publiés à répétition et relayés des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux au cours des dernières années. Telle une fausse nouvelle zombie, cette histoire ne cesse de refaire surface.

Fait à noter, des dizaines de médias bien établis sont tombés dans le piège. Des exemples? Le L.A. Times, le Toronto Sun mais aussi le quotidien britannique The Independent. Ce dernier republie tous les ans, depuis 2017, sur sa page Facebook, le même article (Nouvelle fenêtre) au titre accrocheur, mais trompeur.

Tout part de cette étude (Nouvelle fenêtre) publiée en 2014 par deux chercheurs autrichiens.

Leur hypothèse de départ : la préférence pour les goûts amers peut être associée à un trait de personnalité antisocial.

Premier élément à souligner : si l’eau tonique est bien évoquée par les chercheurs, le terme gin-tonic n'apparaît absolument nulle part dans l’étude d’une vingtaine de pages.

Ensuite, qu’est-ce qu’on entend par psychopathes? Il est vrai que l’étude utilise entre autres une grille d’évaluation psychologique parfois baptisée La triade noire de la personnalité.

Cette approche est basée sur trois traits distincts :

  • machiavélisme
  • narcissisme
  • psychopathie

Cela dit, comme le précise l’Ordre des psychologues du Québec dans cette publication (Nouvelle fenêtre), ce type de grille s’attarde à des critères sous-cliniques, autrement dit, qui ne répondent pas aux critères des diagnostics psychiatriques de troubles de la personnalité.

Cette précision importante n'apparaît nulle part dans les articles évoqués précédemment.

Finalement, il faut absolument préciser que les deux chercheurs autrichiens concluent leur étude en établissant une faible corrélation entre les participants liés à des traits de personnalité psychopathe et leur préférence générale pour les goûts amers.

En résumé : pas de corrélation significative, pas de préférence spécifique à un goût amer en particulier et aucune mention du gin-tonic.

Cette méprise démontre au final que les médias dits traditionnels ne sont pas toujours fiables lorsqu'ils rapportent des résultats d’études scientifiques.

D’autre part, cet exemple illustre aussi à quel point certains médias se contentent parfois de relayer bêtement des résultats d’études mal interprétés par d’autres médias, sans consulter la source originale, ce qui s’apparente à du blanchiment d’informations, un concept qu’a très bien expliqué mon collègue Jeff Yates dans l'épisode du 10 janvier (Nouvelle fenêtre) de l’émission les Décrypteurs.

Si vous lisez cet article à l’heure de l’apéro : santé !

L'émission les Décrypteurs est présentée le vendredi à 20 h sur ICI RDI, en rediffusion le samedi à 11 h 30 et le dimanche à 16 h 30, et sur ICI TOU.TV (Nouvelle fenêtre)

Décrypteurs, notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !