•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Nouvel An lunaire sous le signe de l’inclusion

Des lanternes en carton représentant le symbole du Nouvel An chinois : le Rat. Artiste : Yen Chun Lu (Mina)

Dans le symbolisme du zodiaque asiatique, le Rat représente l'intelligence, l'agilité et la fertilité. Artiste : Yen Chun Lu (Mina)

Photo : Radio-Canada / G.Lasalle

Geneviève Lasalle

Alors que l’année du Rat débute le 25 janvier, c’est sous le signe de l’inclusion que les communautés asiatiques de Vancouver souhaitent entrer dans le Nouvel An lunaire.

Chaque nouvelle année, tout le monde veut un nouveau départ, dit Charlie Wu, de l’association des événements spéciaux canado-asiatiques.

Souhaitant mettre l’accent sur ce qui les rassemble plutôt que sur les différences, les festivités sino-canadiennes, qui commencent samedi, seront célébrées aux côtés des communautés taïwanaise, vietnamienne et coréenne.

Le meilleur cadeau que nous avons ici à Vancouver est de pouvoir célébrer notre diversité.

Charlie Wu, organisateur des festivités du Nouvel An lunaire

Communauté chinoise

Immense oeuvre en papier coupé rouge et noir représentant un symbole de l'année lunaire chinois : le rat.

Les enfants nés au cours de l'année lunaire 2020 auront comme signe du zodiaque chinois le Rat, symbolisant l'agilité dans la culture asiatique. (Oeuvre des artistes Yu-Ru Liao et Flavia Chan)

Photo : Radio-Canada

Le Rat est le premier des 12 animaux qui composent le zodiaque chinois, indissociable du Nouvel An lunaire. L'ordre a été déterminé par une course, raconte, amusé, M. Wu. Le Rat, futé, a trompé le Buffle en montant sur son dos avant de le devancer sur la ligne d'arrivée.

Le Nouvel An va au-delà de ces signes du zodiaque. C'est un élément qui inspire notre créativité.

Charlie Wu, organisateur des festivités du Nouvel An lunaire

Les Vancouvérois d'origine asiatique forment près de la moitié de la population, selon les données démographiques du recensement de 2016. Avec un peu moins de 500 000 membres, la communauté sino-canadienne est de loin la plus importante et représente à elle seule le quart de la population vancouvéroise.

Communauté vietnamienne

Immense oeuvre en papier coupé rouge et noir représentant un symbole de l'année lunaire vietnamien : les lanternes. Oeuvredes artistes Yu-Ru Liao et Flavia Chan.

Les lanternes revêtent une importance culturelle pour les Vietnamiens comme pour les autres communautés d'Asie. (Oeuvres des artistes Yu-Ru Liao et Flavia Chan)

Photo : Radio-Canada

Pour les Vietnamiens, la fête du Têt revêt une importance cruciale. Si vous êtes bouddhistes comme moi, vous cuisinerez un festin pour vos ancêtres, explique Quyen Pham, présidente de la Société des femmes vietnamiennes du Grand Vancouver.

Chaque famille place de l’argent dans des enveloppes rouges, appelées Lì xì, qui symbolisent la chance pour l’année à venir. C’est la partie que mes petits-enfants préfèrent, dit en riant Mme Pham.

Sa tradition préférée est celle de se retrouver en famille. J’ai ma famille ici, mais j’aimerais tant pouvoir revoir mes frères et soeurs, révèle la dame de 70 ans, de l’émotion dans la voix. Se retrouver tous ensemble, c’est ce qui compte le plus.

Communauté taïwanaise

Immense oeuvre en papier coupé rouge et noir représentant un symbole de l'année lunaire taïwanais : le repas, réalisée par les artistes Yu-Ru Liao et Flavia Chan.

Les festins sont une composante incontournable des festivités taïwanaises. Ils sont souvent dégustés sur un plateau pivotant, comme on le voit ici dans l'oeuvre des artistes Yu-Ru Liao et Flavia Chan.

Photo : Radio-Canada

Les Canadiens d'origine taïwanaise seront eux aussi sous l'influence du Rat à compter du 25 janvier prochain. Un symbole important, selon Shirley Zhao, de l'association des événements spéciaux des Canado-Asiatiques.

Le rat est perçu comme un animal agile. Il est fort, indépendant, il cherche à faire sa place dans le monde.

Shirley Zhao

Dans la culture taïwanaise, la nourriture occupe une place de premier plan, et manger des sucreries est synonyme de prospérité. En taïwanais, ces deux phrases riment, note M. Wu.

Plusieurs des traditions s'inspirent de la culture des peuples autochtones qui vivent sur ce territoire et se sont transmises au fil du temps, ajoute-t-il.

Communauté coréenne

Une immense oeuvre en papier coupé rouge et noir représentant un symbole de l'année lunaire coréen, les tambours, des artistes Yu-Ru Liao et Flavia Chan.

Tambours, cerfs-volants, jeux de cartes : les traditions coréennes se poursuivent dans le divertissement et les loisirs. (Oeuvres des artistes Yu-Ru Liao et Flavia Chan)

Photo : Radio-Canada

En Corée, la grande fête de Seollal est célébrée pendant plusieurs jours. Au lever du jour, les familles se rassemblent pour exprimer leur reconnaissance envers leurs ancêtres, parfois autour d’un festin cérémonial, parfois en visitant leurs tombes, explique le président de la Société d’héritage culturelle coréenne de Vancouver, James Shim.

Malgré l'importance de cette fête dans la tradition coréenne, M. Shim craint que le concept de l’année lunaire ne soit fragilisé. La jeune génération célèbre davantage le Jour de l’An occidental et les traditions se perdent, déplore-t-il.

Une nouvelle année rassembleuse

Des lanternes en carton représentant le symbole du Nouvel An chinois : le Rat. Artiste : Yen Chun Lu (Mina)

L'artiste Yen Chun Lu (Mina), de l’association des événements spéciaux canado-asiatiques, a fabriqué des lanternes en carton à l'image du rat, animal souvent considéré « mignon et amusant » dans la culture chinoise.

Photo : Radio-Canada / G. Lasalle

En mettant à l'avant-scène le concept de l'inclusion, les organisateurs veulent inspirer les Vancouvérois de toutes les origines.

Nous essayons d'aller au-delà de la composante asiatique, fait valoir Charlie Wu. Par ailleurs, certaines communautés autochtones, comme les Anichinabés, observent également le cycle lunaire, rappelle-t-il.

Il espère que le Nouvel An lunaire qui se pointe à l’horizon sera à l’image de Vancouver, une ville accueillante envers toutes les différentes communautés qui la composent .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Croyances et religions