•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La BMO présente ses excuses à deux Autochtones arrêtés sans raison

Des manifestants à la Banque de Montréal tenant une enseigne sur laquelle on lit « Non, BMO! » en anglais.

Des manifestants à la Banque de Montréal au coin des rues Burrard et Dunsmuir, à Vancouver, où des employés sont accusés de profilage racial contre une famille autochtone

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Radio-Canada

La Banque de Montréal (BMO) reconnaît que l'incident concernant une fille autochtone de 12 ans et son grand-père, menottés par des policiers alors qu'ils tentaient d'ouvrir un compte bancaire, est un « gâchis total ».

Les gens sont en colère et ils ont le droit de l'être, affirme le président des services bancaires en Amérique du Nord de BMO, Cameron Fowler. Nous sommes vraiment désolés que des policiers aient été appelés, soutient-il.

Le 20 décembre, Maxwell Johnson et sa petite-fille se sont rendus dans une succursale de BMO à Vancouver pour ouvrir un compte bancaire pour cette dernière.

Après avoir examiné leurs papiers d'identification, le personnel a appelé le 911 pour signaler une fraude présumée. Des agents du Service de police de Vancouver ont menotté Maxwell Johnson et sa petite-fille et les ont placés à l'arrière d'une voiture de police avant de les libérer sans accusation.

Un homme assis dans une bibliothèque.

Maxwell Johnson et sa petite-fille de 12 ans ont été menottés alors qu'ils tentaient d'ouvrir un compte de banque à Vancouver à la Banque de Montréal le 20 décembre dernier.

Photo : Jess Houstey

M. Fowler confirme que les papiers présentés par la jeune fille et son grand-père, soit un certificat de naissance et une carte de statut autochtone pour l'un et une carte d'assurance maladie et une carte de statut autochtone pour l'autre, répondaient aux critères de la banque. Cependant, l'employé n'a pas été en mesure de valider leur identité, explique-t-il.

Dans ce cas, nous n'avons pas pu obtenir la validation, et nous avons réagi de manière excessive en appelant la police.

Cameron Fowler, président des services bancaires en Amérique du Nord de BMO

Le chef de la police de Vancouver, Adam Palmer, estime que les policiers ont suivi les pratiques habituelles en menottant l'homme et l'enfant de 12 ans.

Le personnel a été réprimandé, selon M. Fowler, qui n'a pas donné plus de détails et n'a pas voulu indiquer si M. Johnson et sa petite-fille ont reçu une compensation.

Jeudi, BMO a lancé un conseil consultatif autochtone composé de membres autochtones de plusieurs provinces.

La Première Nation Heiltsuk soutient que le conseil est entaché par les circonstances entourant sa création et rappelle que BMO nie que l'incident était un cas de profilage racial.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !