•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Benoît Cardinal accusé du meurtre de Jaël Cantin

Plan rapproché de Jaël Cantin.

Jaël Cantin, 33 ans, a été victime de ce meurtre.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Benoît Cardinal a comparu vendredi au palais de justice de Joliette en lien avec le meurtre de sa conjointe, Jaël Cantin.

L'homme d'une trentaine d'années doit répondre à une accusation de meurtre non prémédité.

Jaël Cantin, 33 ans, a été tuée jeudi matin dans la résidence familiale du chemin des Anglais, à Mascouche.

À l'arrivée des policiers, Benoît Cardinal s’y trouvait également, blessé.

Le couple a été transporté à l’hôpital, où le décès de Mme Cantin, qui était technicienne en éducation spécialisée, a rapidement été constaté.

Les six enfants du couple se trouvaient dans la résidence au moment du meurtre.

Évidemment, on aura le souci de préserver les enfants le plus possible tout au long des procédures et avec tous les pouvoirs que la loi nous accorde, a expliqué Me Valérie Michaud, la procureure aux poursuites criminelles et pénales chargée du dossier.

La cour a notamment interdit à Benoît Cardinal de communiquer avec ces derniers, ainsi que trois témoins, tout au long des procédures judiciaires.

Les enfants ont été confiés à des membres de la famille maternelle pour le moment, a aussi indiqué Me Michaud en mêlée de presse, après la comparution de l'accusé, qui demeure détenu pour le moment.

Cardinal pourrait faire une demande de remise en liberté, mais il devrait faire la preuve qu'il ne représente pas un danger pour la société, a expliqué la procureure.

Mascouche : Benoît Cardinal accusé du meurtre de Jaël Cantin

Suspendu pour comportement inapproprié

Benoît Cardinal avait démissionné il y a une semaine du Centre jeunesse de Laval, où il était éducateur.

Il avait été suspendu avec salaire, en décembre dernier, parce qu'il aurait eu un comportement inapproprié, selon des allégations portées à l'attention de la direction, a indiqué Julie Lamarche, du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, et une enquête interne avait été lancée à son sujet.

Du soutien psychologique lui avait été offert quand il a remis sa démission, a ajouté Mme Lamarche.

Elle n'a pas voulu donner davantage de précisions sur la nature des gestes qui étaient reprochés à Cardinal ni sur sa performance en tant qu'employé.

La porte-parole du CISSS a assuré qu'il avait fait l'objet de vérifications au moment de son embauche il y a 12 ans, comme n'importe quel autre aspirant à un poste au sein de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Il n'avait alors aucun antécédent judiciaire.

Le CISSS de même que la Commission scolaire de Laval (CSDL), l'employeur de Mme Cantin, offrent de l'aide aux élèves, aux parents et aux membres de leur personnel qui en sentiraient le besoin.

Une équipe de professionnels est présente à l’école où travaillait la victime, a précisé la CSDL dans un communiqué.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Homicide

Justice et faits divers