•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto est en passe de surpasser Chicago avec ses gratte-ciel

Vue aérienne de Toronto le jour.

Vue de la ligne d'horizon de Toronto qui se trouve encore loin de New York, qui compte actuellement 284 gratte-ciel de plus de 150 mètres de haut.

Photo : CBC / Talia Ricci

Radio-Canada

Toronto est en voie de surpasser la ville de Chicago en nombre de gratte-ciel, ce qui placerait la métropole canadienne au deuxième rang du palmarès du plus grand nombre de bâtiments de plus de 150 mètres de haut en Amérique du Nord.

Selon le Council on Tall Buildings and Urban Habitat, Toronto compte actuellement 67 gratte-ciel, 31 bâtiments en construction et 59 autres sont proposés. Chicago compte 126 gratte-ciel, mais seulement 19 sont en construction ou proposés.

L'urbaniste en chef de la Ville de Toronto, Gregg Lintern, explique que Chicago est reconnue pour son architecture, mais que Toronto commence également à gagner une réputation internationale.

Un homme en chemise et cravate dans une salle avec une grande maquette de la ville de Toronto et devant une immense carte de la ville affichée sur le mur.

Gregg Lintern est l'urbaniste en chef de la Ville de Toronto depuis avril 2018, succédant à Jennifer Keesmaat.

Photo : CBC / Talia Ricci

Les villes du monde entier se tournent vers Toronto pour notre urbanisme et notre approche des immeubles de grande hauteur, indique Gregg Lintern.

C'est donc une chose pour laquelle nous sommes connus et nous sommes bien sûr engagés à améliorer notre performance en matière d'architecture et de conception d'immeubles de grande hauteur, a-t-il ajouté.

L’amélioration des technologies et le savoir-faire qui s’est développé au fil du temps contribuent notamment à la multiplication des gratte-ciel à Toronto.

Maintenant, lorsque nous construisons un bâtiment de 60 étages, nous avons beaucoup plus d'expérience mondiale et de connaissances partagées, donc nous nous sentons à l'aise techniquement.

John Straube, spécialiste du bâtiment
Maquette géante de la ville de Toronto.

La Ville affirme que la croissance de Toronto se produit exactement là où elle l'avait prévue, soit au centre-ville et dans les centres comme North York, Scarborough et Etobicoke.

Photo : CBC / Talia Ricci

Nous construisons des gratte-ciel à une époque où nous en savons beaucoup plus sur leur conception. Il n’y a pas autant de risques que dans les années 1940, 1950 et 1960 à New York puis à Chicago, où la construction de la Sears Tower, maintenant la tour Willis, a été révolutionnaire parce que rien d’aussi grand n’avait été fait auparavant, explique le spécialiste du bâtiment.

Toronto, une ville en pleine croissance

Une des raisons pour laquelle nous avons de plus en plus de gratte-ciel est que nous sommes une ville plus jeune, nous atteignons notre pic de construction [...] alors que Chicago l'a fait il y a plus de 30 ans, affirme M. Straube.

Selon lui, la multiplication des gratte-ciel relève d’un choix de planification, un choix de marché dans un contexte où il faut répondre au besoin de loger un plus grand nombre de personnes dans une plus petite zone.

Un des moteurs ici est clairement que nous avons plus de personnes qui emménagent dans le Grand Toronto. Les gens veulent vivre près des lignes de transport en commun et plus près du centre-ville.

John Straube, spécialiste du bâtiment
Un chantier de construction avec des grues.

Le projet « The Well » à l'angle des rues Front et Spadina, au centre-ville de Toronto, est le plus grand chantier de construction en Amérique du Nord.

Photo : Radio-Canada / Sue Reid

En 2018, 77 000 personnes sont venues à Toronto, rapporte l'urbaniste en chef de Toronto, Gregg Lintern.

La Ville affirme que la croissance de Toronto se produit exactement là où elle l'avait prévue, soit au centre-ville et dans les centres comme North York, Scarborough et Etobicoke. C'est là que nous voulons que la croissance se fasse et où les immeubles de grande hauteur peuvent être mieux accueillis, indique l'urbaniste en chef.

Davantage d’investissement dans l’architecture

Alors que la construction de gratte-ciel transforme de plus en plus le paysage de la ville depuis plusieurs décennies, l’attention portée à l’architecture devient par ailleurs plus importante selon Brandon Donnelly, administrateur délégué de Slate Asset Management.

Je pense que nous avons vu la qualité de l'architecture augmenter considérablement au cours des dernières années et nous nous élevons au rang de métropole mondiale. Les gens consacrent plus de temps et d'argent à l'architecture et reconnaissent la valeur du design, explique Brandon Donnelly.

La ligne d'horizon de la ville de Chicago.

La ville de Chicago est reconnue pour son architecture (archives, 2012).

Photo : The Associated Press / Carolyn Kaster

Je ne pense pas que tous les bâtiments que nous construisons soient des chefs-d’œuvre architecturaux, mais parfois les gens oublient qu’il y a toujours un impératif économique pour les bâtiments, nuance-t-il.

Brandon Donnelly pense pourtant que les gens qui n’aiment pas l’architecture de certains gratte-ciel finiront peut-être par en apprécier la valeur.

Au fil du temps, nous apprécions différents types d'architecture, estime-t-il, citant l'exemple des nombreuses maisons victoriennes à Toronto. À un moment de l'histoire, nous les détruisions, car nous n'en avions pas reconnu la valeur et maintenant nous la voyons. L'architecture demande parfois du temps pour être appréciée.

Toronto est toutefois encore loin de New York, qui compte actuellement 284 gratte-ciel de plus de 150 mètres de haut.

Avec les informations de Talia Ricci, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Urbanisme