•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de véhicules verts dans la région

Des voitures électriques sont garées à proximité de bornes de recharge.

Il y a de plus en plus de véhicules électriques rechargeables dans la région.

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Catherine Gignac

Il est de moins en moins rare de voir des voitures vertes circuler au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

C'est ce que démontrent de récentes statistiques de l'Association des véhicules électriques du Québec.

Cependant, bien des consommateurs de la région hésitent toujours à en acquérir pour différentes considérations.

Le parc automobile du Saguenay-Lac-Saint-Jean change. Petit à petit, il verdit.

À la fin de 2018, il comptait un grand total de 764 véhicules électriques ou hybrides devant être branchés pour être rechargés. Un an plus tard, ce nombre était passé à 1164.

Un consommateur satisfait

Le Jonquiérois Jean-Phillipe Archibald a modestement contribué à cette augmentation en se procurant non pas une, mais bien deux voitures électriques en 2019, des acquisitions qui lui simplifient la vie.

Moi, j'ai ma station-service à la maison. J'ai ma borne sur le mur de ma résidence. [...] J'ai jamais à me demander est-ce qu'il faut que j'aille à la station-service. C'est vraiment moins cher. Ça demande beaucoup moins d'entretien.

Jean-Philippe Archibald

En magasinant ses automobiles électriques, M. Archibald a constaté que les voitures vertes n'étaient pas légion dans les salles de montre de certains concessionnaires de la région. Quand on se présente chez les concessionnaires, le stock est assez limité. Ils les commandent. On les a plusieurs mois plus tard. J'imagine que pour les vendeurs, c'est moins intéressant, a-t-il fait remarquer.

Ces délais d'attente refroidissent bien des conducteurs envisageant de se procurer des véhicules électriques ou hybrides.

Des craintes infondées

Parfois, les consommateurs hésitent également à acquérir ou à louer une voiture électrique rechargeable sous prétexte qu'ils craignent de voir leurs trajets à l'extérieur de la région s'éterniser.

Or, cette peur est infondée, s'il faut en croire le directeur régional de l'Association des véhicules électriques du Québec, Claude Gauthier

Quand je vais à Québec, on me demande combien de temps ça me prend pour y aller. J'arrête à l'Étape 20 minutes. En 20 minutes, vous pouvez mettre de 60 à 70 kilomètres de plus dans votre batterie et vous rendre sans problème à destination.

Claude Gauthier, directeur régional de l'Association des véhicules électriques du Québec

Selon M. Gauthier, pour que de plus en plus d'automobilistes de la région se retrouvent au volant de voitures vertes, il faudra non seulement que certains préjugés tenaces entourant l'autonomie de ces véhicules soient déboulonnés, mais aussi que le réseau public de bornes de recharge rapides s'améliore au fil du temps dans la région.

Malgré cette hausse, le directeur régional de l'Association, Claude Gauthier, soutient que bien des consommateurs entretiennent encore des inquiétudes par rapport aux véhicules verts, notamment la performance l'hiver. Selon M. Gauthier, ils négligent souvent de les comparer aux voitures conventionnelles, notamment lorsque la question de l'autonomie est soulevée.

C'est sûr que vous allez perdre de l'autonomie, par rapport au froid, mais en tant que tel c'est un peu comme un véhicule à essence. Un véhicule à essence va consommer plus l'hiver, donc avec un plein d'essence vous allez malheureusement ne pas faire le même trajet que vous faites en été. C'est la même chose exactement pour un véhicule électrique.

Claude Gauthier, directeur régional de l'Association des véhicules électriques du Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Industrie automobile