•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le financement sera demandé sous peu pour le centre aquatique de Rouyn-Noranda

Un centre aquatique sera construit à Donnacona.

Un centre aquatique sera construit à Rouyn-Noranda et pourrait être réalisé en 2023.

Photo : iStock / Quintanilla

Piel Côté

Le dossier du centre aquatique de Rouyn-Noranda, fort attendu des citoyens, va bon train. La Ville s'apprête à déposer une demande de financement pour ce projet, qui pourrait être réalisé en 2023.

Si le projet est accepté, les coûts seront équitablement divisés entre la Ville et les gouvernements provincial et fédéral. Depuis que les coûts ont été répartis de cette façon, un premier projet de l'ordre de 24 millions de dollars avait été proposé. L'administration Dallaire cherche toutefois à réduire ce montant.

Campus du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda

Le centre aquatique devrait être aménagé sur le campus du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, à Rouyn-Noranda

Photo : SITE WEB : Université de Montréal

Le montant final du projet, qui sera soumis au Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), devrait être connu vers la fin de la semaine prochaine.

Rouyn-Noranda aimerait également trouver des appuis auprès d'entreprises privées. Les équipes travaillent fort afin de trouver des partenaires, mais pour le moment, nous n'avons rien à annoncer encore. Ça aiderait cependant énormément lors de la mise en candidature d'avoir un partenaire, admet le directeur des loisirs, de la culture et de la vie communautaire de la Ville de Rouyn-Noranda, Jean Mercier.

Estimations pour le prochain centre aquatique :

  • 1 bassin à 8 couloirs semi-olympiques (25 m)
  • 3 vestiaires
  • Au moins 1 an de travaux de construction
  • Prêt en 2023

Dans le cas où il ne serait pas possible de conclure une entente avec une entreprise privée, Jean Mercier précise que la Ville a déjà réservé des sommes dans son programme des immobilisations.

Il va y avoir au moins un an de travaux préliminaires avant de commencer la construction, mais si tout se passe bien et si les étoiles sont alignées, les gens vont pouvoir se baigner à l'automne 2023, ajoute-t-il.

Un espace pour enfants, si l'espace est suffisant

La Ville travaille actuellement avec la firme Artcad pour l'élaboration et la conception de ce projet qui, à terme, devrait mener à la construction d'un bassin à huit couloirs semi-olympiques, d'une longueur de 25 mètres, tout comme celle du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue. Trois vestiaires seront compris dans le projet.

Un secteur récréatif pour enfants fait définitivement partie des plans, mais ça va dépendre de ce que nous aurons comme espace, prévient Jean Mercier.

Le Cégep ne sera plus responsable du dossier

Depuis les premiers échanges sur la construction d'un complexe sportif, le Cégep était responsable du dossier.

Les institutions comme le Cégep ne sont toutefois pas éligibles au PAFIRS. Les institutions comme le Cégep ne peuvent poser leur candidature sur ce programme, précise Jean Mercier. Uniquement les municipalités, les organismes sans but lucratif ou bien encore les coopératives peuvent être des demandeurs de ce programme.

De son côté, le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue n'aura finalement rien à débourser. La majeure partie de sa contribution sera le terrain. Un dénouement qui satisfait son directeur général, Sylvain Blais.

On pourrait dire que nous sommes les grands gagnants, mais je crois plutôt que c'est la population qui sortira gagnante puisque l'infrastructure existante de notre piscine sera reconvertie de façon à livrer d'autres services, principalement sportifs. Ça servira notre institution, mais également toute la communauté, lance M. Blais. On va donc être en mesure d'augmenter l'offre de service ensemble, c'est-à-dire la Ville de Rouyn-Noranda et le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue.

Le Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives est doté d’une somme de 294 millions de dollars. Il s'agit ici d'une enveloppe fédérale et provinciale, qui vise à financer la construction, l’aménagement, la mise aux normes ou la rénovation d’installations sportives et récréatives au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale