•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition veut la fin des trottinettes en libre-service à Montréal

Deux trottinettes laissées sur le trottoir.

Plusieurs usagers des trottinettes électriques Lime les abandonnent n’importe où, alors qu’ils sont censés les garer seulement dans les zones prévues à cet effet.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Devant « l’expérience désastreuse » des trottinettes en libre-service sans ancrage, l’opposition officielle de la métropole québécoise exige la fin du projet, « pour que Montréal reprenne contrôle de ses trottoirs ».

Le parti Ensemble Montréal prévoit ainsi déposer une motion lors du conseil municipal du 27 janvier pour mettre un terme au projet dès cette année, a affirmé Alan DeSousa, maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, en point de presse jeudi.

Le projet pilote, qui a eu cours de juin à novembre, a permis à des entreprises comme Lime et Bird de mettre en circulation des centaines de trottinettes dans la métropole.

Ces services ont pour effet de concurrencer BIXI, qui est de loin le fournisseur de services idéal pour les Montréalais.

Alan DeSousa, maire de l’arrondissement de Saint-Laurent

Chez BIXI Montréal, on se dit prêt à offrir des trottinettes électriques à la Ville si elle le désire, en plus du millier de vélos électriques qui doivent être installés dans ses stations cette année.

Le directeur général de l'entreprise, Christian Vermette, souhaite d’ailleurs que la Ville interdise les services sans ancrage comme Jump et Lime afin de privilégier BIXI. On sent que la Municipalité perd un peu le focus, a-t-il lâché.

On pense qu’on devrait se concentrer sur BIXI, qui est un produit qui fonctionne. Si la volonté de la Ville, c’est d’avoir des trottinettes, alors pourquoi ne pas s’asseoir avec nous pour justement le planifier?, a demandé M. Vermette.

BIXI, on l’aime et on le supporte à 100 %, mais il y a aussi un besoin pour d’autres offres, et c’est ça la clé : si on veut que les gens délaissent leur voiture solo, il faut encourager une multitude d’options, a répondu la mairesse Valérie Plante, interrogée en marge d’une conférence de presse jeudi.

BIXI, c’est un organisme qu’on soutient depuis le début. Et avant nous, on s’en occupait, mais on n’avait pas une perspective à long terme. […] On est le partenaire qui le soutient le plus. Alors, si le directeur de BIXI a des idées, qu’il mette son chapeau de directeur et qu’il vienne nous le dire, a lancé Mme Plante.

BIXI Montréal a enregistré l'an dernier un nombre record de presque 6 millions de déplacements, une hausse de 8 % par rapport à 2018.

Un règlement « pas à la hauteur »

Au-delà de la concurrence faite à BIXI, l’opposition n’a pas manqué de noter les problèmes liés au règlement encadrant l'utilisation des trottinettes, et plus particulièrement à leur stationnement. L'an dernier, plusieurs d'entre elles ont été retrouvées dans le métro, dans le canal Lachine ou sur d'autres sites où elles sont pourtant interdites.

Dès le début, nous avons affirmé que le règlement n’était pas à la hauteur, a affirmé Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal.

On ne veut pas forcer les Montréalais à devoir subir une autre saison de nuisances, de problématiques et de risques.

Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal

Valérie Plante, qui s'est dite surprise par le projet de motion de l'opposition, a affirmé que son administration n’avait pas encore pu consulter le rapport concernant les retombées du projet pilote, mais qu’elle se montrait disposée à renforcer le règlement.

On est très, très loin de ce qu’on a vu dans d’autres villes, a-t-elle soutenu. On est loin, loin, loin de ça, parce qu’on a été très proactifs.

Est-ce qu’il y a matière à amélioration? Absolument, dont une chose : tout véhicule, que ce soit vélo ou trottinette, n’a pas sa place sur les trottoirs. La place des piétons, j’y tiens, a-t-elle souligné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale