•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton et Ottawa, deux modèles de maisons de la francophonie qui fonctionnent

Un plan qui représente la Maison de la francophonie à Ottawa.

La nouvelle Maison de la francophonie sera inaugurée le 30 janvier à Ottawa.

Photo : Courtoisie : Maison de la francophonie

Thibault Jourdan

Des membres de la communauté francophone envisagent la possibilité de transformer l’ancienne mairie de Saint-Boniface en centre regroupant des organismes communautaires. Il y a 10 ans, un projet semblable avait fermé ses portes au Manitoba, mais, en 2020, plusieurs centres du même genre fonctionnent ailleurs au Canada. Radio-Canada s’est penchée sur deux modèles différents, ceux d'Ottawa et d'Edmonton.


À Edmonton, le cas de la Cité francophone

Cela fait 23 ans que les Franco-Albertains disposent d’un centre francophone à Edmonton. La première phase de la Cité francophone a ouvert en 1997, se rappelle son directeur général, Daniel Cournoyer. La deuxième phase, elle, a ouvert en 2010. On est passé d’un centre culturel de 5200 mètres carrés à 9660 mètres carrés, poursuit M. Cournoyer.

Dès le départ, les instigateurs du projet ont choisi un modèle dit « 3C », qui regroupe du culturel, du communautaire et du commercial, et ce n’est pas une coopérative. Ainsi, plus de 60 % du bâtiment sont à louer comme bureaux et environ 40 % sont laissés à des espaces communautaires et à d’autres lieux aérés.

Plus de 90 % des locataires sont des organismes communautaires, et les 10 % restants sont des entreprises privées, explique Daniel Cournoyer. Ainsi, la Cité francophone abrite une clinique, un massothérapeute, une garderie privée et le Conseil scolaire centre nord. Tout est loué, précise le directeur général de l’établissement.

Ce modèle permet à la Cité francophone d’avoir toujours des fonds pour entretenir le bâtiment, ce qui avait fait défaut à la Maison franco-manitobaine, il y a 10 ans, quand la Société de la francophonie manitobaine n’avait plus eu les moyens d’effectuer des rénovations.

Or, grâce aux loyers collectés et à divers revenus, tels que des services de restauration, la Cité se finance elle-même, explique Daniel Cournoyer.

Daniel Cournoyer, au Café Bicyclette.

Daniel Cournoyer est le directeur de la Cité francophone.

Photo : Radio-Canada / Mylène Briand

Nous avons plus de 30 organismes dans la Cité. Chacun paie un loyer, qui paie l’hypothèque, ajoute-t-il.

Par ailleurs, comme le bâtiment est encore jeune, les coûts d’entretien ne sont pas exorbitants et seront étalés dans le temps.

Pour l’entretien de la première phase, on a commencé le changement progressif des systèmes de chauffage, de climatisation, etc. Et pour la deuxième phase, il reste encore bien 10 ans avant qu’on doive changer ces systèmes-là, affirme Daniel Cournoyer.

Il est certain que la Cité francophone sera toujours en mesure de faire face aux coûts d’entretien du bâtiment dans l’avenir. Louer à la Cité francophone, c’est comme louer n’importe où ailleurs en ville, sauf que, moi, je dis toujours que payer le loyer, c’est un investissement dans la communauté, c’est payer un immeuble qui nous appartient.

Daniel Cournoyer rappelle ce qu'il considère comme essentiel : la gestion d’un tel lieu doit être entrepreneuriale pour réussir. On doit gérer ça comme un business, mais sans perdre notre objectif et notre raison d'être, qui est un centre culturel francophone.


À Ottawa, la « clé du succès » passe par un partenaire institutionnel

Depuis 1989, les francophones qui habitent dans l’ouest d’Ottawa parlent d’un centre francophone. Plus de 30 ans après les premières discussions, la Maison de la francophonie d’Ottawa va ouvrir ses portes à la fin du mois.

La raison pour laquelle on a connu un succès, c’est qu’on a trouvé un partenaire institutionnel qui, dans notre cas, est le Conseil des écoles publiques francophones de l’est de l’Ontario, affirme Ronald Bisson, le président de la Maison de la francophonie d’Ottawa.

En s’associant avec une telle institution, les instigateurs du projet évitent de devoir gérer l’entretien du bâtiment, toujours problématique.

Les groupes communautaires ne peuvent pas monter des projets comme ça seuls. On n’est pas des entrepreneurs en construction. Le conseil scolaire, lui, a un savoir-faire dans la construction et la gestion de bâtiment, explique l’ancien Manitobain de La Broquerie.

C’est une institution publique, un conseil scolaire, qui est très gros et qui a toute sorte de fonds pour prendre soin de ses édifices.

Ronald Bisson, président de la Maison de la francophonie d’Ottawa

Parallèlement, cet important partenariat a aussi permis d’attirer d’autres organismes. La Maison de la francophonie d’Ottawa aura aussi des services de santé de l’Hôpital Montfort, la Cité collégiale et d'autres services. Au total, 44 groupes communautaires et services seront logés dans la Maison.

Ronald Brisson répond aux questions d'une journaliste.

Ronald Bisson, président du conseil d’administration de la Coopérative multiservices francophone de l’ouest.

Photo : Radio-Canada

À Ottawa, contrairement à Edmonton, les promoteurs du projet ont choisi d’en faire une coopérative.On connaît ça, nous, francophones, le modèle coopératif. Ça nous a sauvés pendant des générations et ça nous sauve encore. C’est à travers ce modèle qu’on a pu faire le partenariat avec le conseil scolaire, explique Ronald Bisson.

Pour le président de la nouvelle maison, il n’y a pas de secret. La clé du succès pour un tel projet passe par un partenariat institutionnel.

Nos communautés se sont battues pendant des générations pour obtenir ces institutions et les sauver, puis les garder. Aujourd'hui, ce sont les institutions qui sauvent les communautés, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie