•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La deuxième saison de Sex Education diffusée vendredi sur Netflix

Les deux jeunes siègent dans une classe de science et se regardent intensément.

Otis Milburn, incarné par Asa Butterfield, et Maeve Wiley, jouée par Emma Mackey

Photo : Jon Hall/Netflix

Radio-Canada

La première saison de la série Éducation sexuelle (Sex Education) avait reçu une pluie de critiques positives, grâce à sa manière décomplexée d’aborder la sexualité des ados, avec humour et simplicité. Voilà que la deuxième saison s’apprête à être lancée sur Netflix vendredi.

La série britannique met en vedette le jeune Otis Milburn (Asa Butterfield), un adolescent dont la mère (Gillian Anderson) est une sexologue à la sexualité débridée. Si Otis éprouve un malaise profond face à la sexualité, il demeure de très bon conseil pour les autres. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé à la tête d’une clinique clandestine de sexualité, et qu’il a aidé ses camarades de classe à résoudre leurs problèmes intimes.

Dans la deuxième saison, on retrouve Otis et les autres jeunes de l’école secondaire Moordale, où sévit une épidémie de chlamydia – ce qui vient souligner la nécessité d'une meilleure éducation sexuelle à l’école. Désormais en couple avec la jeune Ola (Patricia Allison), Otis, qui ne tient plus sa clinique clandestine, tente de se décoincer enfin.

Dans la plus récente bande-annonce, diffusée jeudi, on peut aussi voir que la situation entre Maeve (Emma Mackey) et Otis est toujours tendue. Eric (Ncuti Gatwa) semble plus confiant côté relations intimes, jusqu’à ce qu’Adam (Connor Swindells), un jeune parfois agressif à l’homosexualité refoulée, refasse surface.

Les huit épisodes de la deuxième saison d'Éducation sexuelle seront mis en ligne le vendredi 17 janvier sur Netflix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !