•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

The Blaze, le duo qui va chauffer le premier soir d’Igloofest

Une image un peu déformée montrant les deux membres du groupe, Guillaume et Jonathan Aldric.

Le duo électro The Blaze sera au lancement d'Igloofest, jeudi.

Photo : Paul Rousteau

Radio-Canada

Le 14e festival hivernal Igloofest s’enflamme dès jeudi soir avec The Blaze, un duo électro tout droit venu de la France pour chauffer l’hiver québécois pour l'un de ses rares sets de DJ.

The Blaze, c'est deux cousins, Guillaume et Jonathan Alric. Si la musique électronique qu’ils composent ensemble a séduit des milliers de fans dès le lancement de leur premier single, Virile, en 2016, c’est aussi leur univers cinématographique unique qui capte l’attention.

Le clip qu’ils ont tourné en Algérie pour Territory a été vu plus de 36 millions de fois et a gagné le grand prix du Film Craft au Festival international de la créativité de Cannes.

L’image, c’est quelque chose qui est indispensable pour nous, pour notre travail. On réfléchit tous les deux sur l’idée [d'un vidéoclip], on essaie de prendre beaucoup de temps. Je pense que notre objectif, c’est de raconter des histoires, a expliqué Jonathan Alric, en entrevue avec la chroniqueuse culturelle Catherine Richer, de l’émission Le 15-18.

L’image est d’autant plus importante que Jonathan a fait ses études en cinéma. C’est d’ailleurs comme ça que le duo a vu le jour : Jonathan avait besoin d’une piste de son pour compléter une vidéo, et il a fait appel à son cousin Guillaume. Ils se sont mis à travailler ensemble, tant sur l’image que sur le son, et naturellement, leur collaboration s’est poursuivie.

Une musique authentique

Le premier album complet, Dancehall, est paru en 2019. D’après The Blaze, une des choses qui se situent au cœur de leur démarche artistique, c’est notamment la quête de l’authenticité.

L’émotion, quand c’est authentique, on peut peut-être s’identifier un peu plus. [...] L’émotion qu’on voudrait faire passer sera peut-être un peu plus intense. C’est fait de manière naturelle, on n'a peut-être pas cherché ça, mais le réalisme c’est vraiment important pour nous.

Jonathan Alric, membre de The Blaze

Quoique, dans ce cas-ci, authenticité ne rime pas non plus avec une mise à nu complète. Par exemple, même si les artistes chantent tous deux sur les pistes, ils choisissent de modifier leur voix avec un filtre. C’est plus par pudeur en fait. C’est toujours difficile de mettre sa voix de l’avant, de chanter. C’est quelque chose qui est très personnel, très intime. Avec ce filtre, on se cache un petit peu derrière, c’est plus facile d’assumer sa voix et de se lâcher avec, quoi, nuance Guillaume

Avec l’art, tu parles de toi, mais de façon un peu détournée, ajoute Jonathan. Tu mets de ta personne, ton intimité, mais tu le fais par un médium ou un format qui fait que ce n’est pas toi complètement face aux gens. L’art, c’est une bonne façon de s’exprimer en se cachant un peu, quoi. Sans prendre le risque de trop se dévoiler, quoi.

Un set de DJ à Igloofest

C’est un premier passage à Igloofest qui va se réaliser pour The Blaze jeudi soir. Le duo semblait bien amusé par l’idée d’un festival extérieur avec des spectateurs et spectatrices en doudounes – quoique c’est surtout le concept d’une combinaison de ski une pièce qui les a fait rigoler.

Ils ont pris l’avion vers Montréal pour venir lancer le bal du festival d’électro, le temps d’un seul set de DJ.

C’est assez récent pour nous les DJ sets. On ne veut pas du tout se la raconter donc on va vraiment arriver avec des sons qui nous font plaisir. En espérant qu’on puisse vous transmettre à vous ce plaisir, vous “ambiancer” et vous faire danser jusqu’au bout de la nuit, a lancé Jonathan.

Le duo repartira ensuite pour la France, où une montagne de travail l'attend.

Igloofest est lancé jeudi soir au Vieux-Port de Montréal, et s’étalera sur quatre fins de semaine, jusqu’au samedi 8 février. Parmi les spectacles les plus attendus, notons le spécial hip-hop avec Loud, White-B et Charlie Shulz le 30 janvier, le spectacle du groupe australien Rufus du Sol le 31 janvier ainsi que celui de Kaytranada le 1er février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts