•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Basketball universitaire : les derniers milles de Clerjuste, la ténacité de René

Montage où l'on voit  Greishe Clerjuste et Grégory René en action pendant un match.

Alors que Greishe Clerjuste s'épanouit comme l'un des meneurs offensifs de son équipe, Grégory René attend patiemment de bénéficier de plus de temps de jeu.

Photo : Arthur Images

Charles Lalande

Forts d’une séquence de trois victoires consécutives, les basketteurs de l’Université de Regina veulent poursuivre sur leur lancée à l’aube des séries éliminatoires qui prendront leur envol à la mi-février.

Trois victoires de suite, c’est bien, mais il faut garder la cadence. On a établi un bon tempo au cours des derniers matchs, on doit garder nos bonnes habitudes pour le début des séries, explique Grégory René, un garde montréalais. Il en est à sa quatrième saison universitaire, dont deux au sein des Cougars.

Son grand ami, coéquipier, partenaire d'études et colocataire, Greishe Clerjuste, est du même avis. Les deux inséparables admettent qu’ils voient la fin du calendrier régulier d'un meilleur oeil qu'il y a quelques semaines.

Avec une fiche de sept victoires et de sept défaites, il reste à l’équipe six matchs à disputer. Elle est au 10e rang de la conférence Canada Ouest de l'alliance U SPORTS.

Bien qu’elle n’entrera pas dans la danse éliminatoire avec le rôle de favoris, l’équipe universitaire réginoise sait qu’elle peut tenir tête, voire l’emporter, contre les ténors de leur conférence. Leur éclatante victoire de 103 à 74 contre les Huskies de l’Université de la Saskatchewan en est la preuve.

Les joueurs ont dû se rencontrer pour redresser la barre avant la pause du temps des Fêtes, après avoir échappé trois matchs serrés, dont deux en prolongation.

On a eu une présaison et un début de saison difficile, concède Greishe Clerjuste. On a su se parler en tant qu’équipe. Il était important de se regrouper et d’apporter des ajustements qui allaient éventuellement nous permettre de connaître du succès.

Deux joueurs de basketball au repos pendant un entraînement.

Les deux comparses étudient ensemble en plus de partager un appartement à Regina.

Photo : Radio-Canada

Un tournoi et Noël à Montréal

Question de faire vivre à ses joueurs une belle expérience, l’entraîneur-chef des Cougars, Steve Burrows, a inscrit son équipe à la Classique Olga Hrycak. Le tournoi, organisé par les Citadins de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), a eu lieu à Montréal entre Noël et le jour de l’An.

Ce n’est pas une coïncidence. J’ai fait cela en partie pour Greishe et Grégory, avoue-t-il. Ils ont tous les deux commencé leur parcours universitaire à l’UQAM. Ils ont eu l’occasion de jouer devant leur famille et leurs amis. Ils ont aussi pu fêter Noël avec leurs proches.

Pendant ce tournoi amical de trois matchs, Grégory René a eu la chance d’être inséré dans la formation partante. Cette occasion lui a permis de fouler le parquet de basketball nettement plus souvent que dans la saison régulière.

Je n’ai pas autant de temps de jeu que j’aimerais avoir, mais l’objectif ne change pas, et c’est de gagner. Je demeure un gars d’équipe, avoue celui qui s’efforce de garder un bon moral et d’agir en bon coéquipier. Grégory René se donne à plein régime pendant les entraînements et il encourage tous ses partenaires.

Greishe Clerjuste reçoit une plaque pour avoir fait sa place sur l'équipe d'étoiles de la Classique Olga Hrycak.

Au terme de la Classique Olga Hrycak, Greishe Clerjuste a été nommé sur l'équipe d'étoiles du tournoi.

Photo : Photo tirée de Twitter/cougsmbb

L’Europe ou la CEBL pour Clerjuste?

Greishe Clerjuste poursuit sur sa lancée de la dernière saison où il a été élu sur la deuxième équipe d’étoiles du Canada Ouest. Le vétéran de 5e année, qui évolue au poste de garde, vit actuellement ses derniers moments en tant qu’étudiant-athlète.

Son plan est de faire le saut chez les professionnels la saison prochaine, mais il ne sait pas dans quelle ligue. Il tergiverse entre l’idée de joindre la Ligue canadienne élite de basketball (CEBL) ou de jouer en Europe, comme l’a fait son bon ami Brian Ofori.

On verra à la fin de la saison. Je veux me garder les portes ouvertes et voir où cela me mène. J’aimerais me comparer avec d’autres joueurs internationaux pour savoir où je me situe, prévoit le numéro 11.

Steve Burrows en train de rigoler avec ses joueurs montréalais, Grégory René et Greishe Clerjuste.

Steve Burrows est un entraîneur-chef très proche de ses joueurs. Il adore rigoler avec ceux-ci (archives).

Photo : Radio-Canada

Greishe Clerjuste va manquer à son entraîneur-chef. Steve Burrows a même blagué en disant qu’il allait loger un coup de fil aux Rattlers de la Saskatchewan, équipe de la CEBL, pour qu’elle embauche son poulain.

Ça me permettrait de le garder près de nous le plus longtemps possible. Je pourrais aussi en profiter pour aller le voir jouer. Peu importe où il va, je sais qu’il va réussir, conclut l'entraîneur très dithyrambique à l’égard de son protégé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Basketball