•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs bientôt au chômage de la Northern Pulp étudient leurs options

La papetière en activité depuis 1967 cessera ses activités le 31 janvier.

Des panaches de vapeur sortent des cheminées de l'usine.

La papetière Northern Pulp se trouve à Abercrombie Point en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Les employés de la papetière Northern Pulp évaluent leurs possibilités d'emploi à l'approche de la date de fermeture de l'usine du comté de Pictou en Nouvelle-Écosse.

Comme l'oblige une loi provinciale, la papetière devra cesser le déversement de ses effluents dans l'estuaire de Boat Harbour, lieu le plus pollué de la Nouvelle-Écosse, le 31 janvier. Sans autre centrale de traitement de ses effluents, l'usine ne sera plus en activité à compter de cette date et sera mise en « hibernation » par ses propriétaires.

Les quelque 300 travailleurs de l'usine qui perdront leur emploi étudient leurs possibilités d'avenir. Pour plusieurs d'entre eux, cela pourrait signifier aller à l'extérieur de la province.

L'entreprise J. D. Irving, qui a tenu mardi une activité de recrutement à la papetière Northern Pulp, prévoit embaucher près de 6000 personnes à temps plein d'ici 2022 au Canada atlantique. La majorité de ces postes devrait toutefois être au Nouveau-Brunswick.

De son côté, Paper Excellence, l'entreprise propriétaire de la Northern Pulp, a offert d'aider des travailleurs à se réinstaller. Certains pourraient aller en Colombie-Britannique afin de pourvoir les postes vacants dans d'autres divisions de l'entreprise.

Plus d’une centaine de travailleurs ont pris part à la rencontre de mardi organisée par Irving. La porte-parole de l'entreprise, Mary Keith, dit qu'un certain nombre de compétences des travailleurs pourraient s'appliquer à leur secteur d'activité. Leur expertise en pâtes et papiers, en construction ainsi que leur capacité d'opération de l'équipement pourraient constituer des atouts intéressants.

Le syndicat Unifor, qui représente les travailleurs de la Northern Pulp, a indiqué que d'autres employeurs du secteur forestier de la Nouvelle-Écosse ont également recruté à l'usine, mais que les emplois ne sont pas aussi bien rémunérés.

Les employés de la Northern Pulp ont quelques semaines pour évaluer leurs options. En vertu de leur convention collective, ils seront payés jusqu'au 21 avril.

Répercussions sur l'industrie forestière

Les travailleurs de l'usine ne sont pas les seuls affectés par la fermeture. Plusieurs acteurs de l'industrie forestière dépendent beaucoup de la Northern Pulp pour leurs activités. Ceux-ci se retrouvent devant un avenir incertain. Les entrepreneurs sont à revoir leurs plans d'affaires, afin de négocier ce virage du mieux qu'ils le peuvent.

Le comité de transition formé pour venir en aide aux travailleurs du secteur forestier de la Nouvelle-Écosse s'est rencontré pour la deuxième fois cette semaine et d'autres rencontres vont suivre.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a annoncé un fonds de 50 millions de dollars pour aider les travailleurs touchés par la fermeture de la papetière. À la suite d'une première réunion du comité de transition la semaine dernière, il a été décidé que 7 millions de dollars seraient consacrés à des travaux sylvicoles.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Industrie forestière