•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il existerait quatre « façons » de vieillir

Êtes-vous métabolique, immunitaire, hépatique ou néphrotique?

Montage de l'apparence du visage d'un même homme, jeune et vieux.

Les chercheurs ont examiné les changements moléculaires qui surviennent chez une personne lorsqu’elle vieillit.

Photo : iStock / master1305

Radio-Canada

Les retrouvailles scolaires sont souvent l’occasion de constater que certaines personnes vieillissent mieux que d’autres. Certains camarades du secondaire paraissent beaucoup plus vieux que la moyenne, alors que d’autres n’ont pratiquement pris aucune ride.

Les travaux du Pr Michael Snyder et de ses collègues associés à l’école de médecine de l’Université Stanford pourraient fournir un début d’explication à ces différences individuelles.

Ces scientifiques ont examiné en profondeur les changements moléculaires qui surviennent chez une personne lorsqu’elle vieillit.

Ils ont non seulement découvert de nouveaux marqueurs associés à l'âge, mais aussi identifié des types de vieillissement particuliers.

Illustration montrant le visage d'une même femme jeune et vieille.

Ces profils fournissent une évaluation moléculaire du vieillissement d’une personne.

Photo : iStock

Mieux cerner le vieillissement

Nous savions déjà qu'il existe une poignée de marqueurs moléculaires et cliniques, comme l'hypercholestérolémie, qui sont plus fréquents dans les populations âgées, explique Michael Snyder.

Mais qu'arrive-t-il à un individu lorsqu'il vieillit? Personne n'avait jamais examiné en détail la réalité individuelle d’une personne.

Michael Snyder

Pour arriver à déterminer ces profils, les chercheurs ont suivi pendant deux ans un groupe de 106 hommes et femmes en bonne santé âgés de 29 à 75 ans.

À l'aide d'échantillons de sang, de selles et d'autres informations biologiques, les chercheurs ont suivi les niveaux de microbes et de molécules, comme certaines protéines, les métabolites et les lipides, chez les participants en surveillant comment ils changeaient dans le temps.

Ce sont ces informations qui ont permis aux chercheurs de définir les différents types de vieillissement individuels.

Ces profils peuvent, selon ces chercheurs, fournir une évaluation moléculaire du vieillissement d’une personne, et reflètent son mode de vie et ses antécédents médicaux. Ces connaissances pourraient un jour être utiles pour surveiller le processus de vieillissement d’un individu et y intervenir.

Le profil de vieillissement indique la catégorie pour laquelle l'augmentation des biomarqueurs de vieillissement est la plus prononcée, affirme Michael Snyder.

En d’autres termes, ils fournissent une évaluation moléculaire du vieillissement d’une personne.

Ils permettent de mieux cerner le processus de vieillissement individuel.

Michael Snyder

Vieillir par quatre chemins

Un individu vieillit donc en suivant principalement l’un des quatre profils (ageotypes en anglais) :

  • Métabolique
  • Immunitaire
  • Hépatique (foie)
  • Néphrotique (reins)

Ceux dont l’âge métabolique détermine le vieillissement seraient plus à risque de développer un diabète et d’avoir un taux d'hémoglobine A1c élevé (une mesure du taux de sucre dans le sang).

Ceux qui sont plus influencés par le profil immunitaire généreraient en vieillissant des niveaux plus élevés de marqueurs inflammatoires et seraient plus sujets à des maladies liées au système immunitaire.

Les individus présentant des profils hépatique et néphrotique seraient quant à eux plus sujets aux maladies du foie ou des reins, respectivement.

Il existe probablement d'autres groupes, peut-être un profil cardiaque, mais cette étude s’est limitée aux quatre voies identifiées par les chercheurs dans ces travaux publiés dans le magazine Nature Medicine (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Selon les chercheurs, ces profils qui expliquent les différences individuelles ne sont pas exclusifs, si bien qu’une personne peut présenter un profil majoritairement métabolique, mais également minoritairement immunitaire.

Plus qu'un profil

Pour le moment, ce domaine d’étude demeure embryonnaire. En théorie, cependant, un individu connaissant son profil pourrait travailler activement pour avoir un impact sur celui-ci en changeant son style de vie en fonction de son profil.

Le profil de vieillissement est plus qu'une étiquette; il pourrait éventuellement permettre à un individu de s’attaquer à ses facteurs de risque pour la santé en ciblant les domaines pour lesquels il est plus susceptible de rencontrer des problèmes.

Michael Snyder

En effet, ces travaux ont montré que, chez certaines personnes, les marqueurs d'âge n’ont pas augmenté au fil du temps, et que chez d’autres, ils ont même diminué lorsqu'elles ont modifié certains comportements.

D’autres recherches réalisées avec plus de participants doivent maintenant être réalisées, afin que l’impact de nos actions sur notre profil et sur le processus de vieillissement soit mieux cerné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Génétique

Science