•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grèves en éducation : « Nous ne reculerons pas », martèle Doug Ford

Le premier ministre de l'Ontario accuse les dirigeants des syndicats de « prendre les Ontariens en otage ».

Le premier ministre de l'Ontario.

Doug Ford a eu des mots durs pour les syndicats d'enseignants de la province en point de presse jeudi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En point de presse, jeudi, Doug Ford est demeuré catégorique : les enseignants ontariens n’auront pas d'augmentation salariale supérieure à 1 % par année.

Le premier ministre de l'Ontario s'est néanmoins dit convaincu de pouvoir obtenir une entente avec les enseignants, qui poursuivent l'application de moyens de pression cette semaine et la semaine prochaine.

Les négociations sont présentement dans l'impasse.

Les parents sont frustrés. Les enseignants à qui j'ai parlé me disent qu'ils veulent retourner en classe.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Jeudi, le premier ministre a martelé qu'il y avait une distinction à faire entre les enseignants qui travaillent fort et leurs syndicats qui prennent les Ontariens en otage. Doug Ford a répété que la province n'avait pas les moyens d'offrir des hausses salariales plus élevées aux enseignants à cause du déficit énorme hérité du gouvernement précédent.

Nous ne ferons pas comme le gouvernement Wynne. Nous ne donnerons pas aux syndicats tout ce qu'ils désirent.

Doug Ford a indiqué ne pas avoir l'intention non plus de reculer sur sa décision de rendre obligatoires deux cours en ligne au secondaire. Les syndicats s'inquiètent notamment de la qualité de cette forme d’enseignement.

C'est la voie du futur. Les enseignants suivent eux-mêmes des formations en ligne, alors pourquoi ce n'est pas envisageable que des élèves de la 11e et la 12e année fassent de même?

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Mercredi, l'Ontario a annoncé de l'aide financière offerte aux parents en cas de journée de grève des enseignants. Jeudi matin, plus de 33 000 parents avaient soumis une demande en ligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !