•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée franco-ontarienne Amanda Simard passe chez les libéraux

Le chef libéral intérimaire John Fraser et la députée Amanda Simard en conférence de presse.

Le chef libéral intérimaire John Fraser et la députée Amanda Simard

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Radio-Canada

La députée franco-ontarienne Amanda Simard se joint au Parti libéral de l’Ontario. Elle en a fait l’annonce jeudi aux côtés du chef libéral intérimaire, John Fraser, quelques heures après avoir annoncé sur Facebook son intention de se rendre au congrès à la direction du Parti libéral provincial.

Un message publié jeudi matin alimentait les rumeurs : la députée laissait planer le doute, affirmant que sa décision de devenir ou non membre du Parti n'était pas encore prise.

Finalement, la députée a fait le saut jeudi après-midi. J'ai pris la décision de me joindre au caucus du Parti libéral de l'Ontario. Ceux qui me connaissent le savent : j'ai toujours été fiscalement responsable et socialement progressiste, au centre, pragmatique, a annoncé Amanda Simard.

Ce n’était pas une décision à prendre à la légère. J’ai pris la dernière année, et plus, pour réfléchir sérieusement. Et la conclusion est claire : c’est le Parti libéral de l’Ontario qui partage mes valeurs et qui respecte et comprend réellement les gens de chez nous, nos particularités, nos défis et nos besoins.

Amanda Simard, députée de Glengarry–Prescott–Russell

Élue comme conservatrice, Amanda Simard avait claqué la porte du Parti progressiste-conservateur à l'automne 2018, à la suite de l'annonce de compressions aux services en français en Ontario. Elle siège depuis comme députée indépendante de la circonscription de Glengarry–Prescott–Russell.

Après ce coup d’éclat politique, se désolidarisant de son parti pour le bien des francophones, Amanda Simard, 30 ans, était devenue l’une des politiciennes les plus influentes de la francophonie canadienne.

Les libéraux choisiront leur prochain chef le 7 mars.

Je tiens à faire partie du renouvellement du Parti alors qu'il se reconstruit, [se] modernise et [se] prépare pour les années et les générations à venir, a expliqué par ailleurs Amanda Simard.

Le chef intérimaire du Parti libéral, John Fraser, affirme qu'Amanda Simard est la bienvenue dans la famille libérale.

Amanda a été une ardente défenseure de la communauté francophone, protégeant les droits de la langue française et promouvant la culture francophone. Elle s'est opposée fermement aux coupes téméraires de Doug Ford, a souligné le chef intérimaire.

Nous sommes le Parti qui défend les droits linguistiques de la communauté franco-ontarienne.

John Fraser, chef intérimaire du Parti libéral

Amanda Simard a expliqué qu'elle souhaitait s'impliquer dans la course à la chefferie des libéraux. C'est certain que je vais participer à la chefferie très attentivement et, vous me connaissez, je ne suis pas du genre à rester dans les estrades. C'est clair que j'ai un intérêt à m'impliquer.

La députée a indiqué qu'elle n'a jamais pensé retourner chez les progressistes-conservateurs et a ajouté par ailleurs qu'elle ne partageait pas une même vision claire avec le Nouveau Parti démocratique ni avec le Parti vert de la province.

Dans une déclaration écrite très brève, le premier ministre Doug Ford s'est contenté de souhaiter bonne chance à la députée Amanda Simard.

Interrogée un peu plus tôt dans la journée, avant l'annonce, la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, a simplement dit que c'était à Amanda Simard de prendre sa décision. Elle n'a pas voulu commenter davantage.

C’est préoccupant pour le Parti progressiste-conservateur. Ils ne sont pas capables d’aller chercher des appuis dans les milieux francophones, a commenté Geneviève Tellier, professeure d'études politiques à l’Université d’Ottawa.

Un gain pour les libéraux

Selon Geneviève Tellier, cette annonce favorise beaucoup le Parti libéral qui manquait de représentation francophone depuis les départs des députées franco-ontariennes Marie-France Lalonde, qui a fait le saut en politique fédérale, et Nathalie Des Rosiers, qui a quitté le parti pour devenir directrice du Collège Massey, à Toronto.

Ça vient renforcer le Parti libéral comme étant le parti qui protège les droits des Franco-Ontariens. Il ne faut pas oublier non plus que le Parti libéral a perdu deux députés francophones d’envergure au cours de la dernière année, et on avait un peu perdu cette représentation-là au sein du Parti libéral, explique Mme Tellier.

Elle ajoute également que la députée, qui représente l'aile de centre, centre droite, va peut-être amener une voix intéressante aux débats des libéraux.

Par ailleurs, la professeure d'études politiques ne pense pas que le geste d'Amanda Simard sera interprété comme de l'opportunisme.

On n'aime pas beaucoup les gens qui changent de parti parce qu’ils donnent l’impression qu’ils manquent de conviction. Mais je ne suis pas convaincue qu’on va l’interpréter de cette façon-là pour Amanda Simard, parce qu’on sait pourquoi elle est partie : pour protéger les droits des Franco-Ontariens; donc, ça pourrait être bien vu aussi, nuance-t-elle.

Selon la politologue, l'annonce de Mme Simard survient aussi à un bon moment. Le faire à ce moment-ci, pendant qu’il y a une course au leadership, pendant qu’on ne sait pas encore qui va être le prochain chef, ça démontre un certain attachement pour le Parti libéral en général et peut-être pas pour une personne en particulier, commente-t-elle.

Amanda Simard a par ailleurs indiqué qu'elle comptait être plus visible sur la scène publique après avoir été critiquée pour ses absences remarquées dans sa circonscription et à Queen's Park.

Il y a plusieurs événements que je fais, les gens savent que je suis là, je ne suis peut-être pas la politicienne qui prend des milliers de photos sur les médias sociaux. Mais ce que je vais faire, c'est de la visibilité sur ce que je fais, parce que j'ai travaillé très fort dans la dernière année, j'ai été très présente chez nous; alors il s'agit peut-être de mettre des photos pour le démontrer, s'est défendue la jeune députée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !