•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Consultations de la GRC : la présence d’agents francophones à Gravelbourg sera maintenue

Plan large d'une salle remplie de gens, assis, devant un individu au micro.

Un rapport portant sur les changements dans les services de la GRC sera présenté en mai. Ce rapport prendra en compte les commentaires et les préoccupations que le publics a exprimés lors des séances de consultations.

Photo : Radio-Canada / Sophie Chevance

Radio-Canada

La série de consultations de la Gendarmerie royale du Canada dans de nombreuses communautés du sud-ouest de la Saskatchewan n’est pas terminée, mais, déjà, le corps policier s’engage à ne pas réduire le nombre d’agents francophones à Gravelbourg ni à fermer son bureau dans la municipalité.

La présence sera la même à Gravelbourg [si des changements sont apportés aux services]. Notre objectif est de continuer d’avoir cinq agents et de maintenir les ressources francophones au sein de la communauté, confirme un inspecteur de la GRC, Mark Harrison.

Des représentants du corps policier fédéral étaient à Gravelbourg mercredi soir, afin de poursuivre leur série de consultations auprès de la population sur d’éventuels changements au sein des services de la GRC dans la grande région de Swift Current.

Environ 70 personnes se sont déplacées pour l’occasion afin de mieux comprendre les prochaines étapes du processus de consultation.

Ils nous ont dit qu’ils ne fermeraient pas le bureau, qu’il n’y aurait pas moins d’agents et que les ressources francophones seraient les mêmes Alors je ne suis pas inquiète [pour la suite des choses], affirme Nicole Fister, qui est enseignante.

Gros plan sur le visage de Nicole Fister, qui répond aux questions du journaliste.

Nicole Fister était l'une des 70 personnes présentes à la réunion de consultations de la Gendarmerie royale du Canada à Gravelbourg, mercredi soir.

Photo : Radio-Canada / Sophie Chevance

Peu de détails sur le plan de la GRC

La centralisation possible des services de la GRC a suscité de vives réactions chez les habitants des municipalités dans lesquelles des consultations ont été menées jusqu’à maintenant.

Mark Harrison affirme qu' aucune décision définitive n'a été prise à cet effet, mais que l’organisation fédérale est aux prises avec plusieurs difficultés de recrutement d’agents dans les municipalités rurales du sud-ouest de la Saskatchewan.

Cette réalité force ainsi la GRC à évaluer ses options afin de trouver la formule la plus intéressante, selon lui.

Un plan écrit nous sera fourni à la fin du mois de mai par rapport à ce qui est ressorti des consultations. On va attendre les recommandations avant de spéculer sur ce qui pourrait arriver, note-t-il.

Gros plan sur le visage de Mark Harrison, qui répond aux questions du journaliste.

L'inspecteur de la Gendarmerie royale du Canada Mark Harrison s'est voulu rassurant au sujet des services en français et de la présence d'agent à Gravelbourg lors de la rencontre qui s'est tenue mercredi soir dans la municipalité.

Photo : Radio-Canada / Sophie Chevance

Selon Mark Harrison, environ 35 agents travaillent dans la grande région de Swift Current et pourraient être touchés par d’éventuels changements en ce qui a trait aux services de la GRC dans le secteur.

Cinq d’entre eux, dont quatre policiers bilingues, patrouillent dans la municipalité de Gravelbourg.

Avec les informations de Sophie Chevance

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !