•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services de garde en milieu familial pourraient ouvrir plus tard le vendredi

Des enfants jouent avec des blocs en mousse.

Certains services de garde pourraient ouvrir leurs portes plus tard le vendredi afin de faire pression sur le gouvernement pour améliorer leurs conditions de travail. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Les services de garde en milieu familial risquent d'être perturbés à compter du 31 janvier au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Les 369 responsables de ces services doivent se joindre aux moyens de pression votés à 96,3 % par les syndiqués de la CSQ pour faire pression sur le gouvernement dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leur contrat de travail.

Les éducatrices en milieu familial souhaitent obtenir la parité avec celles qui travaillent dans les centres de la petite enfance (CPE), ce qui représenterait une augmentation de salaire de 35 %.

Des jouets et des enfants en arrière plan

Le moyen de pression sera graduel. Au bout de huit semaines, des services de garde ouvriront leurs portes deux heures plus tard que d'habitude.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Selon la présidente de l'Alliance des intervenantes en milieu familial de la CSQ pour le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie-Les Îles, Cathy Côté, le nombre d'heures de garde sera réduit les vendredis pendant les moyens de pression.

L'ouverture [se fera] plus tard de 15 minutes à chaque semaine, étalée sur 8 semaines. Quinze minutes à partir du 31 janvier, tous les vendredis. Donc, le premier vendredi, 15 minutes, le deuxième, 30 minutes et ainsi de suite, explique-t-elle.

[Ça pourrait] se rendre, peut-être, à une demi-journée et même une journée complète de grève.

Cathy Côté, présidente régionale de l'Alliance des intervenantes en milieu familial

Mme Côté précise que les syndiquées ne souhaitent pas se rendre jusqu'à une journée complète de grève, mais s'il faut que le ministère ne comprenne pas ce que l'on demande, c'est sûr qu'on va aller jusque-là, dit-elle.

Ces moyens de pression pourraient toucher toutes les garderies en milieu familial du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, sauf celles de Rimouski et de Sainte-Anne-des-Monts, puisque les responsables sont affiliés à un autre syndicat.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Syndicalisme