•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stephen Harper démissionne du C. A. du fonds du Parti conservateur

Stephen Harper prend la parole lors d'un panel.

Stephen Harper aurait quitté son poste au conseil d'administration du fonds du Parti conservateur du Canada afin de pouvoir participer plus activement à la prochaine course à la direction de la formation politique.

Photo : Reuters / Joshua Roberts

L'ancien premier ministre Stephen Harper a démissionné du conseil d'administration du fonds du Parti conservateur du Canada– le bras financier de la formation politique –, alors que la course à sa direction s'intensifie.

Un porte-parole du parti a confirmé que M. Harper a bel et bien quitté les fonctions qu'il occupait depuis la défaite électorale de son parti, en 2015.

Le fonds remercie l'ancien premier ministre Harper pour son travail inlassable au sein du conseil d'administration et lui souhaite bonne chance. Ses contributions, son soutien et ses sages conseils au conseil au cours des dernières années ont été appréciés, a déclaré Cory Hann.

Le magazine Maclean's – qui a été le premier à diffuser l'information – a rapporté que Stephen Harper s'est retiré de son rôle officiel du parti afin de pouvoir participer plus activement à la prochaine course à la direction.

Citant une source anonyme, le périodique anglophone a ajouté que Jean Charest, candidat potentiel à la direction du parti conservateur, avait demandé l'appui de l'ancien premier ministre lors d'un appel téléphonique en décembre.

Néanmoins, M. Harper aurait refusé de le lui donner, avant d'ajouter –à l'intention de l'ancien chef du défunt Parti progressiste-conservateur du Canada – que le parti n'est plus le parti que [vous] dirigiez.

S'adressant à l'émission Power & Politics de CBC, le chroniqueur du magazine Maclean's Paul Wells a déclaré que la décision de l'ancien premier ministre de quitter le conseil d'administration a été « accélérée », au vu de la candidature potentielle – mais de plus en plus évidente  – de M. Charest à la direction du parti.

Il est assez clair que Stephen Harper ne veut pas que Jean Charest soit le chef. Comme me l'a dit un conservateur de longue date : "Harper quitte le conseil d'administration du fonds pour pouvoir bloquer Charest." 

Paul Wells, chroniqueur du magazine Maclean's

L'ancien premier ministre Harper ne peut pas annoncer lui-même : "Je te bloque, Jean Charest." Tout ce qu'il peut faire, c'est dire ce qu'il pense et utiliser son influence considérable au sein du parti pour rallier l'opinion, ajoute-t-il.

Deux sons de cloche

Lors d'une entrevue à Radio-Canada, une source s'exprimant sous le couvert de l'anonymat a confirmé que l'appel entre MM. Harper et Charest a bien eu lieu.

Néanmoins, l'échange téléphonique semblait être plus cordial que ne le laisse entendre le magazine Maclean's.

La principale préoccupation de l'ancien premier ministre – toujours selon cette même source – ne serait pas de bloquer Jean Charest, mais plutôt d'éviter une trop grande polarisation – qui résulterait de la course à la direction du parti – et qui mènerait dès lors le PCC vers un morcellement, une situation qui existait avant l'unification du Parti progressiste-conservateur avec l'Alliance canadienne en 2003.

Dans le cadre de l'émission Mordus de politique sur RDI, Lawrence Cannon, ancien ministre des Affaires étrangères sous Harper, a déclaré qu'il ne s'agit pas là d'une question d'amitié, mais plutôt de l'exercice du pouvoir dans l'intérêt du parti.

M. Harper ne veut pas que ses actions soient interprétées comme s'il était une belle-mère. Pour ce faire, il a décidé de se retirer et de laisser le terrain libre aux acteurs qui veulent se présenter.

Lawrence Cannon, ancien ministre canadien des Affaires étrangères de 2008 à 2011

Le conseil d'administration du fonds du Parti conservateur – dont le but est de recueillir des fonds et d'établir le budget du parti et de son chef – est composé d'autres conservateurs haut placés tels que l'ancien sénateur Irving Gerstein ou encore la sénatrice ontarienne Linda Frum.

Cette dernière, qui a été nommée au Sénat par l'ancien premier ministre, a déclaré mercredi à CBC News être toujours membre du conseil d'administration du fonds conservateur.

Avec les informations de CBC, de Maclean's et de Christian Noël

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !