•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien-être des enfants : le Nouveau-Brunswick lance une consultation publique

Les Néo-Brunswickois sont invités à répondre à un sondage en ligne.

Un enfant pauvre.

Un enfant sur cinq est pauvre au Nouveau-Brunswick.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a lancé une consultation publique sur sa nouvelle loi sur la protection et le bien-être de l’enfance.

La province invite les Néo-Brunswickois à répondre à un sondage en ligne (Nouvelle fenêtre) jusqu’au 28 février. 

Les commentaires des Néo-Brunswickois nous aideront à élaborer une loi rigoureuse, qui améliorera notre système de bien-être de l’enfance, affirme la ministre du Développement social, Dorothy Shephard.

Un an depuis les recommandations

En janvier l’année dernière, un consultant engagé par la province avait formulé une longue série de recommandations pour améliorer la protection des enfants du Nouveau-Brunswick. George Savoury avait reçu le mandat d’examiner les services de protection de l’enfance et les services d’appui à la famille.

Son intervention faisait suite à un cas de maltraitance de cinq enfants à Saint-Jean. Les deux parents ont été condamnés à deux années d’emprisonnement en 2018.

La ministre Shephard croit que la nouvelle loi pourrait être déposée dans un an, même si elle refuse de promettre que cette échéance ne sera pas repoussée.

Dorothy Shephard en entrevue

La ministre du Développement social du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard.

Photo : CBC/Roger Cosman

Elle affirme que 26 % des 107 recommandations de George Savoury ont déjà été mises en application dans la dernière année, et promet d’élaborer à ce sujet dans un avenir proche.

Dans son examen des services à l’enfance, M. Savoury avait notamment noté que de nombreux travailleurs sociaux étaient accablés par le stress causé par une surcharge de cas complexes et parfois traumatisants. Il dénonçait de plus un manque d’outils de travail, comme des ordinateurs ou des téléphones cellulaires, et la réallocation de certains fonds destinés à l’enfance vers d’autres programmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !