•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Winnipégois condamné pour possession de pornographie juvénile

Un homme regarde des vidéos floutées sur un ordinateur.

Une image publiée sur Facebook a éveillé les soupçons de la police.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un homme de 57 ans, Wade Arthur Herbert, a plaidé coupable devant la Cour provinciale du Manitoba à des accusations de possession de pornographie juvénile et a été condamné à deux ans de prison.

Selon la déclaration des faits, c’est une photo qu’il a publiée sur Facebook en novembre 2018 qui a sonné l’alerte.

M. Herbert avait téléversé une image d’abus pédosexuel, qui a été signalée par le réseau social à l’organisme américain de protection pour l'enfance, le National Center for Missing and Exploited Children

La police de Winnipeg a ensuite obtenu un mandat de perquisition pour fouiller l'appartement du suspect, dont le lieu a été révélé par son adresse IP. Une semaine plus tard, Wade Arthur Herbert s’est rendu à la police. 

La procureure de la Couronne, Melissa Hazelton, a indiqué que les autorités ont découvert dans l'ordinateur de M. Herbert 595 images de pédopornographie, montrant parfois de très jeunes filles. Au total, il y en avait 1128, mais beaucoup d'entre elles étaient en double. 

Déjà interrogé sur le sujet 

Wade Arthur Herbert avait déjà été contacté par la police pour possession de pornographie juvénile, selon Mme Hazelton. Un an avant son arrestation, les policiers l’avaient interrogé chez lui après avoir été avertis de l'existence d’images de pédopornographie téléversées sur un site de clavardage. 

M. Herbert avait admis regarder des images de ce type, mais nié en avoir partagé, d’après la déclaration de la procureure devant la cour. 

La police avait fouillé dans son ordinateur, mais n'avait rien trouvé à l’époque. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !