•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La DPJ blâmée : le CIUSSS de l'Estrie-CHUS reconnaît qu’« il reste du chemin à faire »

Stéphane Tremblay, président-directeur général du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Stéphane Tremblay, président-directeur général du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS a reconnu, mercredi, que « les choses doivent changer » en réaction au jugement rendu mardi, qui blâmait sévèrement la DPJ dans le dossier du frère cadet de la fillette morte tragiquement à Granby, en avril dernier.

Même si on a fait pas mal de chemin depuis le printemps passé, il reste encore du chemin à faire pour s’améliorer et s’assurer qu’une situation comme celle d’avril dernier ne se reproduise pas, affirme Stéphane Tremblay, président-directeur général du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

M. Tremblay ajoute toutefois que les informations révélées mardi, dans le jugement, étaient déjà connues du CIUSSS de l'Estrie-CHUS depuis l’automne dernier.

Il y a encore des actions à poser pour améliorer leur environnement de travail.

Stéphane Tremblay, président-directeur général du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Depuis hier, on est en soutien aux gens qui sont impliqués dans ces deux situations là. On est également en soutien auprès des équipes pour leur dire que nous sommes avec eux, continue Stéphane Tremblay.

Le syndicat dénonce un manque de ressources

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux de l'Estrie (APTS-Estrie) aurait aimé de son côté que la direction prenne en compte ses doléances avant le drame qui a coûté la vie à la fillette de Granby.

Dans le futur, on souhaite que les intervenants aient les moyens et le temps suffisants [...] pour faire le meilleur travail possible, soutient pour sa part Danny Roulx, représentant syndical à l'APTS-Estrie.

Ce sont des gens de cœur. Ce sont des gens qui laissent leurs pauses, leur dîner de côté pour donner du service aux clients parce qu’ils en ont beaucoup sur les épaules.

Danny Roulx, représentant syndical à l’APTS-Estrie

Selon Danny Roulx, l’APTS, qui représente la majorité des centres jeunesse au Québec, déposera un mémoire à la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, présidée par Régine Laurent, qui était d'ailleurs à Granby cette semaine.

On se fie vraiment à la Commission pour faire des recommandations au ministère. Ce qu’on souhaite, c’est qu’il prenne ces recommandations et les mette en pratique, espère-t-il.

Un parcours de vie accablant et traumatisant

Le juge Mario Gervais soulignait dans son jugement rendu public mardi que les droits du jeune frère de la fillette de Granby, appelé X dans le jugement pour des raisons de confidentialité, avaient été lésés et que les suivis avaient été déficients à son propos.

De nombreuses défaillances ont fait en sorte que le système de protection des enfants a échoué à protéger Tililly* maintenant décédée. Or, ce même système a également failli à sa tâche envers X.

Le juge Mario Gervais

Mario Gervais parlait même d'un parcours de vie accablant et traumatisant à en glacer le sang pour le garçonnet. À cinq ans, il est déjà un écorché de la vie, déplorait-il.

L'enfant sera confié à la DPJ et demeurera dans une famille d'accueil.

* Tililly est un prénom d'origine haïtienne donné par Régine Laurent à la fillette de Granby.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Estrie

Enfance