•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ils ne sont pas les bienvenus » : quel retour pour les policiers de l’affaire Vienneau?

Les policiers Mathieu Boudreau et Patrick Bulger reprendront le travail lundi.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

Radio-Canada

Les policiers Mathieu Boudreau et Patrick Bulger, impliqués dans la mort de Michel Vienneau à la gare de Bathurst il y a cinq ans, vont réintégrer la Force municipale lundi prochain.

L'arbitre Joël Michaud a statué en décembre qu'ils n'ont pas contrevenu au code de déontologie de la police lors de leur intervention du 12 janvier 2015 qui s'est soldée par la mort de l'homme d'affaires Michel Vienneau.

La Ville de Bathurst ne portera pas en appel la décision de l'arbitre.

La réintégration de Mathieu Boudreau et Patrick Bulger sera sûrement un défi pour la Force policière de Bathurst, convient le criminologue Jean Sauvageau, qui espère que le corps policier a prévu un plan pour un retour le plus graduel possible pour les deux agents.

M. Sauvageau rappelle que la force policière avait au départ recommandé le congédiement des deux policiers qu’elle s’apprête à accueillir de nouveau dans quelques jours.

Les deux policiers savent très bien qu'en ce qui concerne les gestionnaires du service de police de Bathurst, ils ne sont pas les bienvenus.

Jean Sauvageau, criminologue

Ils avaient été congédiés par le corps de police alors qu'ils avaient l'appui de leur collègues au travail. Déjà là, il y a des tensions, croit M. Sauvageau.

Les deux policiers entrent au tribunal accompagné de la conjointe de l'un d'entre eux.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les policiers Patrick Bulger (à gauche) et Mathieu Boudreau (à droite).

Photo : CBC / Shane Magee

Malgré la récente décision de l’arbitre, le coroner devra néanmoins toujours mener son enquête sur la mort de Michel Vienneau. Cela laisse planer des résultats potentiels lourds de conséquences.

Si le coroner devait trouver que les policiers sont responsables dans une certaine mesure de ce qui est arrivé à M. Vienneau, ça pourrait ouvrir une boite de Pandore quant à leur avenir, spécule Jean Sauvageau, qui évoque du même souffle d’éventuelles poursuites civiles. Ça ouvre toute une série de questions, encore, et de possibilités, remarque le criminologue.

Photo de famille de Michel Vienneau souriant vêtu d'un complet avec cravate

Michel Vienneau a été abattu lors d'une opération policière à la gare de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, en janvier 2015.

Photo : Famille Vienneau

Selon Alain Tremblay, ancien membre de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) aujourd'hui à la retraite, les deux policiers risquent d’être la cible de commentaires désobligeants de la part du public.

L’ancien policier invite les agents Boudreau et Bulger à rapidement tenter de se rapprocher de la communauté.

D’après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Forces de l'ordre