•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commissions scolaires : le projet de loi amendé pour faire moins de place aux parents

Jean-François Roberge assis devant un micro et des écrans de tablettes.

Le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a promis de déposer d'autres amendements au projet de loi 40 au cours des prochains jours.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir voulu donner plus de place aux parents au sein des centres de services qui remplaceront les commissions scolaires, le gouvernement Legault a changé son fusil d’épaule. On leur offrira finalement une représentation équivalente à celle des autres catégories de membres au sein de chaque conseil d’administration.

Le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a amendé mercredi en commission parlementaire son projet de loi 40, qui vise à mettre un terme à l'existence des commissions scolaires.

Ce projet de loi prévoyait jusqu’ici que le conseil d’administration de chaque centre de service serait composé de huit parents, quatre représentants de la communauté et quatre représentants du personnel, y compris les membres de la direction.

Par cette modification, les conseils d’administration seront plutôt constitués de cinq représentants de chacune de ces trois catégories.

L’amendement a été élaboré en collaboration avec la Fédération des comités de parents du Québec, a précisé le ministre, et bénéficierait aussi de l’approbation de l’Association québécoise des cadres scolaires.

C’est un changement important parce qu'il témoigne des échanges qu’on a avec nos partenaires. On ne fait pas que les entendre et les écouter, on regarde dans quelle mesure on est capable d’avoir les meilleurs conseils d’administration possible.

Jean-François Roberge

L’amendement prévoit également que les parents siégeant à ces conseils d’administration seront choisis au sein des comités de parents, afin d’assurer un lien entre les centres de services et ces comités.

Les territoires desservis par chaque centre de service seront par ailleurs divisés en cinq districts. Les cinq parents membres du conseil d’administration devront tous provenir d’un district différent.

Mardi, à la reprise de l'étude de ce projet de loi après la pause des Fêtes, le ministre Roberge avait annoncé son intention de présenter une série d'amendements.

Tout indique donc que des modifications supplémentaires seront apportées au cours des prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique