•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grands retards dans l'octroi des subventions de déplacement aux patients nord-ontariens

Un stéthoscope devant une pile de monnaie.

Plusieurs Nord-Ontariens doivent effectuer de longs voyages pour consulter des médecins spécialistes, non disponibles dans leurs communautés d'origine, et comptent sur les subventions de déplacement du gouvernement.

Photo : getty images/istockphoto / artisteer

Bienvenu Senga

Des citoyens déplorent les longs délais de traitement des demandes de remboursement faites dans le cadre du Programme de subventions accordées aux résidents du Nord de l’Ontario pour frais de transport à des fins médicales.

Deux fois par an, Ken Obonsawin et sa conjointe doivent emmener leur fils de six ans atteint de fibrose kystique à l’hôpital pour enfants (SickKids) à Toronto pour des consultations.

Le résident du Grand Sudbury raconte qu’au retour des rendez-vous médicaux, la famille soumet chaque fois une demande pour avoir accès au programme de soutien financier du gouvernement provincial. 

Le Programme de subventions accordées aux résidents du Nord de l’Ontario pour frais de transport à des fins médicales est destiné aux patients qui sont contraints de parcourir au moins 100 km pour consulter un médecin spécialiste ou se rendre à l’établissement de santé le plus proche. Il prévoit notamment des allocations de voyage ou d’hébergement calculées en fonction de la distance parcourue et de la durée du séjour. 

Mais en soumettant sa dernière demande de remboursement le 24 octobre, M. Obonsawin ne s’attendait pas à attendre 11 semaines pour recevoir son chèque, soit 5 semaines de plus que la durée de traitement habituelle.

Quand nous avons reçu le chèque [le 10 janvier], nous avions déjà réservé l’hôtel pour notre prochain séjour à Toronto parce que nous y retournons en mars. La carte de crédit devient difficile à gérer, explique le jeune père de famille.

Historiquement, le système fonctionnait, mais il ne semble plus fonctionner actuellement.

Ken Obonsawin, résident du Grand Sudbury

M. Obonsawin souligne que son fils a aussi besoin de plusieurs choses qui ne sont pas couvertes par l’assurance maladie, ce qui accroît les dépenses de la famille.

Toute aide que nous pouvons recevoir nous est très utile, note M. Obonsawin. 

Le cas de la famille Obonsawin est toutefois loin d’être unique, selon la députée néo-démocrate de Nickel Belt. France Gélinas affirme recevoir plusieurs appels à son bureau de résidents de sa circonscription qui sont confrontés au même problème.

Certains d’entre eux sont très malades et ont des traitements actifs, donc ils doivent voyager souvent. Ce sont des milliers de dollars qui leur sont dus. Non seulement ils ont le stress de leur maladie, mais ils ont également le stress d’une carte de crédit qui a des milliers de dollars de frais de voyage que le gouvernement ne leur rembourse pas, affirme-t-elle. 

Il est temps qu’on se débarrasse de la grosse liste d’attente de gens qui attendent leur paiement.

France Gélinas, députée de Nickel Belt
La députée de Nickel-Belt en entrevue à Radio-Canada.

France Gélinas déplore le retard qu'accusent les remboursements du ministère de la Santé.

Photo : Radio-Canada

Mardi, la députée a d’ailleurs écrit une lettre à ce sujet à la ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, rappelant que le programme de subventions accordées aux résidents du Nord de l’Ontario pour frais de transport à des fins médicales a été créé pour alléger le fardeau financier des Nord-Ontariens qui doivent voyager loin de leur communauté pour des raisons de santé

Le ministère de la Santé devrait fournir des soins aux patients et non pas leur causer du stress.

Extrait de la lettre de la députée France Gélinas à la ministre Christine Elliott

J’espère que [Mme Elliott] regardera le département et se rendra compte que la charge de travail est beaucoup trop élevée et que même s’il y a un gel d’embauche dans la fonction publique, il faut qu’ils embauchent des gens dans ce département-là pour venir à bout de rattraper le retard, fait savoir Mme Gélinas en entrevue à Radio-Canada. 

La province à la recherche de solutions

Par courriel, le ministère de la Santé reconnaît que le traitement des demandes de subventions de déplacement est d’environ 10 semaines, mais soutient travailler fort pour réduire cette durée et retourner à la norme habituelle.

Le porte-parole David Jensen indique qu’il y a actuellement 33 000 demandes de subvention qui sont en train d’être traitées et qu’il y a du nouveau personnel en formation afin de soutenir pleinement le programme

Le ministère est toujours à la recherche de moyens d’accélérer le processus [de traitement des demandes de subventions] et de le rendre plus accessible au public. L’option d’améliorer la livraison des paiements par les dépôts bancaires est actuellement en phase de planification, conclut M. Jensen.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Soins et traitements