•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des maladies qui mènent à l’alzheimer : une chaire de recherche est née

Illustration 3D d'un cerveau humain vu à travers une loupe.

L'alzheimer est une maladie du cerveau caractérisée par une dégénérescence progressive des cellules. (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

La détection de certaines maladies neurodégénératives devrait se faire beaucoup plus rapidement, selon des experts, qui soulignent que ces maladies, comme les aphasies primaires progressives, peuvent mener à la maladie d’Alzheimer. Une nouvelle chaire de recherche à l'Université Laval souhaite y voir plus clair.

La Chaire de recherche sur les aphasies primaires progressives se concentrera sur la sensibilisation du grand public et des professionnels de la santé.

Elle permettra de mieux connaître ces maladies pour mieux les détecter. Malheureusement, les symptômes de ces aphasies sont peu connus de la population et même de plusieurs professionnels de la santé, explique le titulaire de la Chaire, le Dr Robert Jr Laforce.

Le docteur ajoute que le dépistage des aphasies primaires progressives doit survenir beaucoup plus rapidement chez les patients atteints. Les changements au cerveau sont irréversibles, poursuit-il.

Le Dr Robert Jr Laforce lors d'une entrevue à son bureau

Le Dr Robert Jr Laforce, titulaire de la Chaire (archives)

Photo : Radio-Canada

Les aphasies primaires progressives touchent environ 150 000 personnes au Québec. Elles se révèlent la plupart du temps par des troubles du langage et des changements sur le plan cognitif.

Une histoire de famille

Cette chaire de recherche est mise sur pied grâce au financement de la Fondation de la famille Lemaire, à hauteur d’un million de dollars sur cinq ans.

En entrevue avec Bruno Savard du Téléjournal Québec, Alain Lemaire, administrateur de la Fondation et cofondateur de la société Cascades, explique qu’il s’agit d’une annonce très personnelle pour sa famille.

Ça a touché notre grand-père, nos oncles, notre père, on a été conscientisés personnellement.

Alain Lemaire
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
4713E1AA-C70C-46DA-834F-4AD112327711

Alzheimer : l'engagement de la famille Lemaire

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

M. Lemaire estime que la maladie d’Alzheimer devrait être mieux connue, parce qu’elle n'est pas visible à l’œil nu. C’est par la conscientisation, avec ce que notre père a vécu, que ça nous amène à aller un peu plus loin, souligne-t-il.

Il croit malgré tout que les avancées dans le domaine sont fulgurantes. Je pense qu’on va trouver un remède, j'en suis sûr.

Les travaux et le dévouement du Dr Laforce ont contribué au choix de la Fondation, souligne-t-il.

Le Robert Jr Laforce est également professeur à la Faculté de médecine de l’Université Laval et chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval.

Ses travaux ont été présentés dans des rencontres nationales et internationales. Il a également publié plus de 100 articles scientifiques dans des journaux d'ici et d'ailleurs.

La Chaire de recherche sur les aphasies primaires progressives-Fondation de la famille Lemaire recevra également un financement de 500 000 $ provenant de divers partenaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !