•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des permis de taxi moins chers à Montréal

Deux rangées de voitures taxi obstruant la circulation

Il y a environ 17 500 détenteurs d’un permis de chauffeur de taxi au Québec, dont près de la moitié sont à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Montréal a modifié son règlement sur les transports en taxi pour aider l'industrie à se conformer et à s’ajuster à la nouvelle loi québécoise qui encadre ses activités. Pour ce faire, la Ville a adopté une réduction des tarifs liés au renouvellement des permis cette année.

Le comité exécutif de la Ville a adopté une proposition modifiant son règlement, mercredi, lors d'une séance ordinaire.

Au mois de mars prochain, le prix du renouvellement annuel du permis de taxi sera ainsi modulé en fonction du nombre de mois durant lequel il sera valide, puisque la nouvelle loi, qui entrera en vigueur en octobre, abolira ce type de permis.

La Ville prévoit également des assouplissements quant aux exigences de formation. Le manque de nouveaux chauffeurs sème l'inquiétude dans le secteur depuis que Québec a entrepris de réformer cette industrie pour l’adapter à l’arrivée de nouveaux acteurs comme Uber.

Assis dans son véhicule, un conducteur de taxi brandit une pancarte où il est écrit « Non au projet de loi 17 ». Derrière lui, d'autres taxis font la file dans les rues de Montréal.

Les chauffeurs de taxi de Montréal et du reste de la province ont fréquemment manifesté contre le projet de loi visant à moderniser l'industrie.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La concurrence d'Uber s'est fait sentir

Les inscriptions à la formation pour devenir chauffeur de taxi et de limousine ont chuté de près de 50 % depuis la présentation du projet de loi 17, en mars dernier, rapporte le Bureau du taxi de Montréal (BTM).

L'impact financier de la modulation des tarifs représente une diminution de revenu de 767 232 $ pour la Ville, et devrait faire économiser un montant comparable aux chauffeurs de taxi.

Pour la présidente du BTM, Sophie Mauzerolle, l'ajustement permettra de continuer à assurer un service de qualité fiable et prévisible aux Montréalais et aux Montréalaises, mais aussi aux nombreux touristes qui visitent notre métropole.

Le comité exécutif a par ailleurs résolu d'autoriser le BTM à réaliser le déploiement de l’image de marque Bonjour sur l’île de Montréal, ce qui était anticipé.

Le nombre de détenteurs de permis de taxi a chuté à Montréal au cours des dernières années : il est passé de 11 036 à l’arrivée d'Uber en 2014 à seulement 8745, en 2018.

Quelque 21 millions de courses de taxi sont effectuées chaque année dans la métropole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale