•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle plainte contre Patrick Chénard

Patrick Chénard, devant le palais de justice.

Patrick Chénard, à l'extérieur du palais de justice de Rimouski

Photo : Radio-Canada

Une nouvelle plainte a été déposée contre le massothérapeute et kinésiologue Patrick Chénard, mais sans accusation officielle pour l'instant, selon la Couronne. L’homme de 28 ans fait face à 11 chefs d’accusation d’agression sexuelle et un chef d'accusation d’exploitation sexuelle.

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Normand Morneau-Deschênes, affirme que la nouvelle plaignante sera l'une des deux dernières à témoigner au procès.

Ces témoignages devraient toutefois avoir lieu la semaine prochaine. Le juge Jules Berthelot a suspendu le procès jusqu’à lundi en raison d'un problème de santé de l’avocat de la défense, Yves Desaulnier.

Avant l’ajournement, une neuvième présumée victime a été appelée à la barre mercredi matin.

Elle a dit avoir reçu un message de Patrick Chénard sur Messenger pour l’inviter à participer à une étude sur les effets de la musique au coût de 30 $ par séance.

Elle a expliqué que lors du premier massage, l’accusé lui a entre autres massé les fesses. Elle affirme que le massage était tellement intense qu’elle sentait ses fesses s’écarter.

Plus tard dans le massage, la présumée victime affirme que l'accusé a placé ses mains entre ses cuisses pour masser ses aines et a touché aux grandes lèvres de ses parties génitales.

La plaignante a dit qu’elle était surprise, mais qu’elle n’a pas réagi.

Elle explique qu’elle était perplexe après le massage, qu’elle avait des doutes sur ce qu'elle avait perçu physiquement, parce que Patrick Chénard était un expert encadré par un ordre professionnel.

La plaignante a dit qu'elle n'a plus de doutes aujourd'hui. Elle affirme que le deuxième massage avec l'accusé s'est déroulé de manière similaire.

Elle ajoute que lors d'un troisième massage, l'accusé a fait un massage à sa hanche en raison d'une blessure et que la couverture qu'elle avait sur elle ne restait pas en place. Elle affirme s'être retrouvée complètement exposée avant que Patrick Chénard tente de remettre en place la couverture.

La plaignante dit avoir contacté les policiers lorsqu’elle a vu dans les médias que Patrick Chénard faisait face à des accusations.

Le contre-interrogatoire de la neuvième présumée victime devrait avoir lieu la semaine prochaine, de même que celui de la huitième présumée victime.

Les faits allégués par l’ensemble des plaignantes au procès de Patrick Chénard se seraient produits en novembre 2015 à Trois-Rivières et entre janvier 2016 et avril 2018 à Rimouski.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.