•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des propriétés de Metrolinx transformées en logements sociaux à Hamilton?

Sharon Miller lit une feuille devant un immeuble barricadé. Une autre femme tient un porte-voix pour qu'on entende Sharon.

Sharon Miller (à droite) fait partie des résidentes de Hamilton qui demandent que Metrolinx transforme ses propriétés en logements sociaux.

Photo : Radio-Canada / CBC News/Dan Taekema

Colin Côté-Paulette

Un groupe de résidents demande que les immeubles achetés par Metrolinx pour le projet de train léger de Hamilton en Ontario soient transformés en logements abordables. La province a retiré son financement au projet dans sa forme actuelle en décembre, après plusieurs années de préparation, incluant l’achat de bâtiments sur le tracé du futur train.

Un groupe de résidents nommé King Street Tenants United demande maintenant que les 60 d’immeubles achetés par Metrolinx soient transférés à la Ville de Hamilton afin d’être transformés en habitations à loyer modique.

Parmi les propriétés achetées, seulement 15 bâtiments abritaient des locataires au moment de leur achat, selon un document de la Ville de Hamilton.

Une quarantaine de locataires avaient tout de même été expulsés de leurs logements durant le processus.

Les membres du groupe aimeraient également que ces derniers aient priorité lors de l'attribution de ces nouveaux logements sociaux.

On a l'occasion de faire quelque chose de différent avec ces propriétés, soutient Shawn Selway, un porte-parole du groupe.

Les membres du groupe affirment aussi analyser les moyens légaux qui s’offrent à eux pour atteindre leur but.

Sharon Miller regarde sérieusement la caméra vêtue d'un manteau d'hiver. L'image est floue derrière elle.

Sharon Miller, devant un des bâtiments qui appartient à Metrolinx

Photo : Radio-Canada / CBC News/Dan Taekema

Des locataires découragés

Si un nouveau logis a été retrouvé pour la majorité des locataires expulsés, une vingtaine de locataires résident toujours dans des propriétés acquises par Metrolinx.

Sharon Miller est l’une de ces locataires.

Laissez les gens qui paient trop cher pour leur logement et qui doivent décider s’ils mangent ou s’ils paient leur loyer revenir dans ces logements, indique la femme de 66 ans qui dit vivre avec un syndrome de stress post-traumatique.

Mme Miller affirme recevoir peu de soutien de l’équipe de Metrolinx, malgré ses demandes d’aide répétées, pour des problèmes liés à son logement.

On vit une crise du logement et personne à Hamilton ne semble s'en rendre compte.

Sharon Miller

Steven Mitchell, un homme qui raconte avoir dû quitter son logement après qu’un homme de Toronto ait acheté l’édifice dans lequel il vivait, fait également partie de King Street Tenants United.

Je cherche un endroit où vivre, ce n’est pas facile et puis je vois ces bâtiments barricadés. Je me dis que si ces endroits étaient disponibles, j’aurais de l’espoir, affirme l’homme de 61 ans.

On voit de loin un édifice à appartements de trois étages en briques dont toutes les fenêtres sont barricadées avec du bois.

Un des bâtiments que possède Metrolinx à l'angle des rues Holton et King

Photo : Radio-Canada / CBC News/Dan Taekema

Aucune décision avant février selon Metrolinx

Metrolinx, de son côté, répond que toutes activités en lien avec ses propriétés liées au train sont suspendues jusqu'à ce que le groupe de travail mandaté par la province pour proposer un nouveau projet de transport pour Hamilton soit au travail.

Nous travaillerons avec notre équipe en services immobiliers organisationnels de Metrolinx ainsi que le groupe de travail désigné afin de dresser un plan pour ces propriétés. Le plan abordera également la question des locataires dans ces propriétés, explique Nitish Bissonauth, un porte-parole de Metrolinx.

Ce groupe de travail devrait être formé d'ici la fin du mois de février.

Jusqu’à nouvel ordre, les résidents qui louent une propriété appartenant à Metrolinx sur le corridor n’ont pas à quitter les lieux et peuvent demeurer dans leurs domiciles.

Nitish Bissonauth, porte-parole de Metrolinx
On voit un bâtiment dont toutes les fenêtres sont barricadées avec du bois en contre-plongée.

Un des bâtiments qui appartient à Metrolinx à Hamilton, à l'angle des rues Holton et King

Photo : Radio-Canada / CBC News/Dan Taekema

Metrolinx précise que les locataires recevront une lettre les informant de l’avancement du projet et des prochaines étapes.

On compte actuellement plus de 6200 ménages sur la liste d'attente de la Ville pour un logement abordable.

La ministre des Transports de la province, Caroline Mulroney, a annoncé le 16 décembre que le projet de train léger était annulé en raison de ses coûts trop élevés.

La province estime qu’il en aurait coûté 5,5 milliards de dollars pour la construction du train, au lieu de 3,7 milliards selon un document interne de Metrolinx. Le gouvernement promet néanmoins une enveloppe de 1 milliard de dollars pour un projet de transport à Hamilton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Transport en commun