•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Winnipeg pourrait étendre les services en français sur tout son territoire

L'hôtel de ville de Winnipeg.

La Ville de Winnipeg avait lancé une vaste campagne de consultations dans le but d'améliorer sa prestation de services en français.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

Le comité exécutif de la Ville de Winnipeg recevra le 21 janvier le rapport sur la révision des services en français qui recommande que l'offre active des services soit étendue sur l'ensemble du territoire municipal et qu'un plan de cinq ans soit mis en place d'ici la fin de 2021.

Jusqu'ici, la Ville avait des obligations surtout envers les francophones du district Riel, qui regroupe les quartiers de Saint-Boniface, de Saint-Vital et de Saint-Norbert.

Le rapport propose d'étendre les services en français à l'extérieur du district Riel, étant donné le nombre grandissant de francophones qui y résident.

Le directeur général de la Société de la francophonie manitobaine, Daniel Boucher, parle « d’une excellente nouvelle », mais veut rester vigilant pour que cela n’ait pas de conséquences sur la qualité des services en français dans le district Riel.

Surtout dans ce contexte avec les budgets qui sont plus serrés et les compressions. Je pense qu’il faut faire vraiment attention à tout ça et s’assurer que la qualité est maintenue partout dans la ville de Winnipeg.

Daniel Boucher, directeur général de la Société de la francophonie manitobaine

La conseillère municipale de Waverley-Ouest, Janice Lukes, a un autre point de vue. Elle pense que le rapport surestime le nombre de francophones de son quartier. Si elle salue cette initiative de la Ville, elle estime qu’il « ne faut pas seulement se concentrer sur le français ».

« Même si la ville s’agrandit de plus en plus avec l’immigration, la majorité de ces immigrants ne sont pas des personnes parlant français », dit-elle.

Il faudrait plutôt selon elle « développer des services en anglais facile » pour les personnes dont l’anglais n’est pas la première langue. 

Une carte montrant le pourcentage de francophones par quartier, dans les 15 quartiers de Winnipeg.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les francophones forment 26 % des résidents de Saint-Boniface, 15 % des résidents de Saint-Vital et 16 % des habitants de Saint-Norbert-Rivière-Seine. Mais ils sont aussi nombreux dans des quartiers comme Transcona ou River Heights. Source : Rapport sur la révision des services en français à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Le rapport donne comme exemple les immigrants francophones qui ne parlent pas anglais et qui s’installent en dehors du district Riel en raison du manque de logements abordables.

Il affirme aussi que les francophiles doivent être pris en compte dans cette stratégie municipale pour la communauté francophone.

Selon le rapport, les répondants de l'enquête publique menée pour la révision des services ont une vision de Winnipeg comme étant une ville complètement bilingue et estiment que tous les services devraient être offerts dans les deux langues, et non confinés à un district.

Plusieurs priorités

La rédactrice de ce rapport, Nicole Young, a mis en place une consultation sans précédent de la communauté francophone.

L'enquête publique a permis de recueillir 107 réponses, dont 90 de personnes francophones. De plus, 25 cafés-citoyens, 10 réunions et huit ateliers publics ont également été organisés.

Le rapport sur la révision des services en français devait être présenté le 17 septembre, mais l’administration municipale a demandé à avoir plus de temps pour réaliser le rapport final.

Selon les résultats de l'enquête publique menée dans le cadre de cette révision, les priorités citées par la population sont les secours médicaux, les centres de services bilingues et le service 311 offert en personne.

Le site web de la Ville, les leçons de natation, le service 911, la ligne téléphonique non urgente de la police, la disponibilité de services en français en ligne, sont aussi des éléments importants pour les francophones.

Les répondants ont mentionné des barrières les empêchant d'accéder aux services municipaux en français. Selon 60 % d'entre eux, la principale barrière est le fait de devoir demander à des employés de plusieurs départements de parler français pour recevoir une information ou poser des questions.

Leur méconnaissance des services ou l'absence de services en français sont aussi notées comme des barrières importantes, ainsi que le fait de devoir se plaindre pour les obtenir.

Les cinq recommandations du rapport

  • Reconnaître que les services en français devraient être offerts à tous les Winnipégois et que, dans la mesure du possible, ces services soient offerts sans égard à la situation géographique.
  • Demander à l’administration d'élaborer un plan de cinq ans précisant comment la Ville offrira les services en français.
  • Revoir le règlement sur les services dans les deux langues officielles en collaboration avec les services juridiques municipaux pour clarifier les obligations de la Ville et fournir un rapport dans les 180 jours.
  • Revoir le règlement tous les cinq ans pour assurer qu’il reflète les besoins de la communauté.
  • Assurer que les administrateurs appropriés auront l’autorité nécessaire pour mettre en œuvre ces recommandations.

Dans un rapport préliminaire (Nouvelle fenêtre) adopté par le conseil municipal le 19 juillet 2018, la Ville de Winnipeg proposait la révision des services en prenant, entre autres, l’avis des habitants. Ces derniers ont notamment cité la révision de la partie 9 de la Charte de la Ville de Winnipeg (Nouvelle fenêtre), qui a trait aux langues officielles, ainsi que celle de plusieurs règlements municipaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !