•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grèves tournantes dans les écoles francophones du Nord de l’Ontario en photos

Des grévistes tenant des pancartes en anglais et en français marchent au bord d'une route l’hiver.

Des dizaines d’employés représentés par la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) ont érigé des piquets de grève dans le Grand Sudbury et à Hearst.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard.

Radio-Canada

Des centaines de membres de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO) se sont donnés rendez-vous sur le piquet de grève partout dans le Nord de la province. Ils dénoncent les coupes dans le financement des salles de classe, les cours obligatoires et le statu quo dans les négociations.

Voici un résumé de la journée en photos.

Deric Schryer, un père de famille et membre du comité de participation des parents de l’École Félix-Ricard à Sudbury estime que la grève bouscule la routine familiale des parents, et qu’elle a un impact direct sur les familles.

Un homme souriant au téléphone pose dans un stationnement l’hiver.

Deric Schryer peut compter sur l’aide de sa conjointe. Celle-ci fait du télétravail à la maison, pendant la fermeture de l’école de ses enfants pendant les journées de grèves tournantes.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

C’est certain que chaque situation est différente. Il y a des parents qui sont capables de prévoir et d’avoir quelqu’un pour les surveiller, et il y a d’autres parents qui doivent prendre un congé de travail 

Deric Schryer

Pour sa part, la président syndicale Ginette Lefebvre réplique que les membres en grève souhaitent pouvoir en arriver à une entente rapidement afin de servir les élèves à nouveau.

Actuellement, notre conflit est avec le gouvernement Ford. On ne veut pas prendre les étudiants et les enseignants en otage. Nous avons le bien-être des enfants à cœur et c’est pour ça qu’on débute comme ceci.

Ginette Lefebvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Éducation