•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confusion autour de l’étude commandée par Ottawa sur le pont de Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le pont de Québec photographié en hiver, depuis la rive nord du fleuve Saint-Laurent.

Le pont de Québec a été fermé à la circulation dans les deux directions.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Contrairement à ce que prétend la ministre de l’Infrastructure, Catherine McKenna, l’étude d’impact économique que le gouvernement Trudeau a commandée sur le pont de Québec n’est pas essentielle au travail de son négociateur spécial, Yvon Charest.

C’est du moins ce qu’affirme le président du Conseil du Trésor et député de Québec, Jean-Yves Duclos. Invité à commenter le dossier, M. Duclos a déclaré mercredi que l’étude d’impact économique était complémentaire aux travaux du négociateur du gouvernement.

M. Charest n'a pas besoin de cette étude pour pouvoir produire son propre rapport, a martelé le ministre.

Pourtant, dans une communication écrite envoyée à Radio-Canada lundi, un porte-parole de Catherine McKenna affirmait le contraire.

Infrastructure Canada (INFC) est déterminé à soutenir M. Charest afin qu’il puisse remplir son mandat, et dans le cadre de cette diligence raisonnable, INFC a lancé un appel d’offres pour obtenir des données essentielles au travail de ce dernier, écrivait Bruce Cheadle.

En fin de journée mercredi, le directeur des communications de Mme McKenna, David Taylor, a corrigé le tir.

L' étude annoncée ce mois-ci est complémentaire à celle du négociateur et n’entraînera aucun retard sur la remise de son rapport, a-t-il écrit dans un courriel.

M. Taylor a précisé qu’Yvon Charest présenterait son rapport et ses recommandations au cours du premier trimestre de l’année.

Ottawa pressé de passer à l’action

De son côté, le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Jonatan Julien, estime que l’importance socioéconomique du pont de Québec n’est plus à démontrer.

Il rappelle que l’urgence d’adopter des mesures pour assurer la pérennité de l’infrastructure fait consensus parmi les acteurs concernés.

M. Julien enjoint au gouvernement fédéral de réaliser rapidement sa promesse de repeindre et de restaurer le pont de Québec.

Ça fait un certain temps que l'engagement du fédéral a été pris. Je crois qu'on doit être rendu au mode de réalisation de cet engagement-là le plus rapidement possible, a-t-il lancé.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !