•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des loyers plus rares et plus chers à Québec

La Ville de Québec en hiver

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Louis Gagné
Mis à jour le 

Le marché locatif s’est resserré pour une troisième année consécutive en 2019 dans la grande région de Québec, où le taux d’inoccupation global est passé de 3,3 % à 2,4 %. Le prix du loyer moyen a quant à lui augmenté de 1,9 %, une hausse supérieure à la moyenne observée au cours des cinq années précédentes.

Ces faits saillants sont tirés de la plus récente Enquête sur les logements locatifs de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dont les résultats ont été dévoilés mercredi.

L’étude portait sur le taux d’inoccupation global des logements locatifs dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec. Cette dernière englobe les villes de Québec et de Lévis ainsi que plusieurs municipalités voisines.

La diminution du nombre d’appartements vacants a principalement été observée dans les secteurs de la Basse-Ville et de la Haute-Ville de Québec ainsi que dans ceux de Sainte-Foy et de Sillery.

Conjoncture économique favorable

La baisse du taux d’inoccupation est attribuable à plusieurs facteurs, dont le dynamisme économique de la RMR de Québec, l’augmentation du solde migratoire et le vieillissement de la population.

Sur la Rive-Sud, la proportion de logements inoccupés est demeurée stable à 3,3 %.

Des logements du quartier Saint-Jean-Baptiste en hiver.

La baisse du taux d’occupation est plus importante dans le secteur de la Haute-Ville qu’ailleurs dans la RMR de Québec.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Dans la RMR de Québec, le taux d’inoccupation a diminué dans toutes les tailles d’appartements locatifs (une chambre, deux chambres, trois chambres et plus), à l’exception des studios.

De plus, la baisse a été observée dans la plupart des fourchettes de loyers. Seuls les logements de 1100 $ et plus ont présenté un taux de vacance supérieur à la moyenne (6,3 %).

Moins de condos à louer

À noter que le taux d’inoccupation des copropriétés offertes en location a également baissé, passant de 2,5 % en 2018 à 1,4 % en 2019.

Si le taux de logements vacants de 2,4 % est le plus bas observé depuis 2013 (2,3 %), il demeure supérieur à la moyenne provinciale, estimée à 1,8 % en 2019.

L’enquête de la SCHL révèle en outre que le prix du loyer moyen a augmenté d’environ 1,9 % entre octobre 2018 et 2019. Il s’agit d’une hausse plus élevée que celle de 1,3 % observée en moyenne entre 2014 et 2018.

La SCHL estime malgré tout que la croissance est relativement limitée compte tenu de l’inflation.

En octobre 2019, le prix moyen pour un appartement de deux chambres s’élevait à 862 $ dans la RMR de Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Immobilier