•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Prédire l’avenir dans les années 1970 et 1980

    Jaquette du livre de Jean-Charles de Fontbrune « Nostradamus, historien et prophète ».

    Prédictions et prophéties ont de tout temps fasciné les esprits.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    De tout temps, l’espèce humaine s’est interrogée sur son avenir. Dans les années 1970 et 1980, de nombreuses prédictions et prophéties, certaines venant d'un passé lointain, annonçaient à quoi pourraient ressembler nos sociétés dans quelques décennies.

    L’avenir vu en 1972

    Qu'arriverait-il dans l’avenir dans nos sociétés? Que souhaitait l'opinion publique voir se produire et que désirait-elle éviter?

    L’émission Atomes et galaxies , animée par Jacques Houde, a posé ces questions à des milliers de personnes lors d’un concours.

    Ce dernier visait à prévoir les changements à venir et à esquisser des scénarios de mode de vie qui pourraient exister dans nos sociétés futures.

    Atomes et galaxies, 9 juillet 1972

    Les réponses des 500 premières personnes interrogées ont été compilées et présentées à l’émission du 9 juillet 1972.

    Ainsi, on extrapolait sur ce qui serait réalisable dans les années 1980, 1990, 2000 et même au-delà.

    Dans huit ans, affirmaient une majorité de répondants, on pourrait créer la vie en laboratoire, un coeur artificiel autonome aurait été conçu, et il y aurait des colonies humaines installées sur la Lune.

    Dans les années 2000, on aurait découvert un remède contre le vieillissement et l'on aurait construit des villes sous-marines.

    De nombreuses personnes interrogées exprimaient le désir que l'humanité puisse un jour communiquer avec des civilisations extraterrestres.

    Par contre, une majorité croyait impossible, et rejetait l’idée, qu’un robot plus intelligent que l’espèce humaine soit construit.

    Des prédictions catastrophiques

    C’est souvent l’aspect ésotérique et prophétique qui, de tout temps, a fasciné les gens dans la prédiction de l’avenir.

    Téléjournal, 6 janvier 1982

    Au début des années 1980, le phénomène est assez important pour qu’un journaliste sérieux comme Réal D’Amours se penche sur cette question dans un reportage diffusé au Téléjournal du 6 janvier 1982.

    Cette année-là, certains cartomanciens soutiennent qu’un alignement hautement inhabituel des planètes, qui se produirait en mars, est signe de grandes catastrophes.

    Parallèlement, la parution d’un livre de Jean-Charles de Fontbrune sur les prophéties de l’astrologue français Michel de Nostradamus, annonciatrices d'un conflit mondial, captivait et effrayait simultanément le public.

    Il faut dire que, dans l’univers ésotérique de la prédiction, Michel de Nostradamus occupe une place à part.

    Vers 1557, Nostradamus aurait publié une série de prophéties qui ont fortement marqué les esprits à l'époque.

    L'une d'elles annonçait que le roi de France Henri II aurait les yeux crevés et serait tué lors d’un duel.

    Or, cette prédiction s’est réalisée en 1559 alors que le monarque participait à un tournoi.

    On comprend dans ce contexte que d’autres prophéties de Nostradamus — dont certaines annonceraient une guerre nucléaire — intriguent et effraient une partie de l’opinion publique.

    Un libraire interrogé par le journaliste Réal D'Amours minimise la composante catastrophiste des prédictions de Nostradamus.

    Certaines de ses prophéties sont optimistes. De plus, le pouvoir visionnaire de l'astrologue semble se limiter à l'Europe.

    Par ailleurs, Réal D'Amours se demande si le funeste alignement planétaire anticipé est une réalité scientifique.

    Le professeur de physique Serge Demers, de l’Université de Montréal, rectifie les faits.

    En mars 1982, il n’y aura pas d’alignement des planètes de notre système solaire. Elles seront plutôt regroupées dans un espace restreint du ciel.

    La sagesse d’un futurologue en herbe

    Impacts, 31 décembre 1983

    Le 31 décembre 1983, le très sérieux animateur Robert Guy Scully propose à son émission Impacts d’oser un exercice d'anticipation pour 1984 et au-delà avec un Canadien préoccupé par l’avenir.

    Robert Guy Scully demande à David Sauvé s’il croit que nous aurons des vies plus faciles dans l’avenir.

    Surprise, la réponse vient d’une toute petite voix.

    C’est que David Sauvé est un enfant.

    Pourtant, il répond avec énormément d’aplomb aux questions de l’animateur.

    Comment ira-t-on à l’école dans l'avenir pour éviter les retards?

    Les ordinateurs sont-ils utiles pour apprendre la géométrie et y en aura-t-il plus?

    La politique et l’amour vont-ils encore exister?

    Les réponses du futurologue en herbe sont certainement moins angoissantes que les prédictions de Nostradamus.

    On pourrait également argumenter qu'elles sont aussi sensées que celles de plusieurs brillants analystes!

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives