•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fils d'un ministre expulsé du comité qui révisera les programmes d’études

Joe Hargrave, assis, donne une conférence de presse.

Le ministre responsable de la Société des investissements de la Saskatchewan (CIC) et de la Société d'assurances de la Saskatchewan (SGI), Joe Hargrave.

Photo : Radio-Canada

Le fils du ministre provincial Joe Hargrave, Trent Hargrave, a vu son nom retiré du comité créé cette semaine, qui doit formuler des recommandations à la province sur les programmes et les exigences liées à l’obtention d’un diplôme d’études secondaires en Saskatchewan.

Nous avons été informés que la Chambre de commerce de Prince Albert a pris la décision de changer le représentant qu’elle avait choisi pour la représenter au sein du comité, a annoncé dans un communiqué le vice-premier ministre et ministre de l’Éducation de la Saskatchewan, Gord Wyant, en fin de journée, mardi.

Selon l’opposition officielle, Trent Hargrave n’aurait en fait jamais dû être considéré pour obtenir une place au sein du groupe qui est composé d’enseignants, d’intervenants du secteur économique, de membres du ministère de l’Éducation, de parents ainsi que de représentants des divisions scolaires et du milieu postsecondaire.

La porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NDP) de la Saskatchewan en matière d’éducation, Carla Beck, qualifie la situation de traitement spécial pour ceux qui ont des liens familiaux avec les ministres, d’autant plus qu’il s’agit du deuxième cas ce mois-ci.

Mme Beck rappelle la controverse entourant la location des anciens bureaux de la Régie de la plaque tournante de transport mondial (GTH) concernant le fils de la ministre des Services correctionnels et des Services de police, Christine Tell.

Carla Beck devant des micros en train de répondre aux questions des journalistes.

La porte-parole en matière d'éducation pour le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Carla Beck, pense que les controverses entourant les liens familiaux des ministres a assez duré.

Photo : Radio-Canada / Matt Howard

Un manque de travailleurs autour de la table

La Fédération du travail de la Saskatchewan (SFL) estime pour sa part que le comité accorde une place trop importante aux intervenants du secteur économique au détriment des travailleurs du milieu de l’éducation.

Notre système d’éducation public devrait mettre l’accent sur l’apprentissage holistique et le renforcement des compétences de pensée critique chez les jeunes, estime la présidente de la SFL, Lori Johb. Pour réussir [à l’école] ils ont besoin de plus que l’opinion de représentants d’entreprises [faisant partie du comité].

La représentation insuffisante des communautés autochtones, des nouveaux arrivants et de la communauté LGBTQ+ a également été décriée par la SFL.

La présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan, Lori Johb

La présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan, Lori Johb, aurait aimé que le comité puisse compter sur une plus grande variété d'intervenants.

Photo : Radio-Canada

Présence francophone

Deux Fransaskois représenteront le réseau scolaire francophone au sein du comité, soit l’un des membres du conseil d’administration de l’Association des conseillères et des conseillers scolaires de la province (SSBA), Martin Prince, et une conseillère pédagogique du Conseil des écoles fransaskoises (CEF), Rosalie Lizée.

Le directeur général du CEF, Ronald Ajavon, a déclaré mardi qu’il souhaitait que les programmes d’études secondaires tiennent compte de la « réalité culturelle » fransaskoise.

Les membres du comité, qui se rencontrent pour la première fois mercredi, présenteront un rapport à la province dans trois ans à propos des changements proposés aux programmes d’études et aux exigences liées à l’obtention du diplôme d’études secondaires.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !