•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Halifax en voie d’autoriser les services de transport comme Uber

Une femme tient un téléphone intelligent sur lequel l'application d'Uber est en marche.

Un permis de conduire de classe 4 serait exigé à Halifax pour les conducteurs des entreprises comme Uber et Lyft.

Photo : CBC/Julia Page

Radio-Canada

Le conseil municipal régional d’Halifax autorise la création d’un cadre réglementaire qui permettra à des entreprises comme Uber et Lyft d’offrir leurs services de transport dans la ville.

Les conseillers ont adopté, mardi soir, la motion donnant aux fonctionnaires municipaux la tâche de préparer les modifications nécessaires à l’arrêté municipal en la matière.

Des conseillers ont présenté des amendements à la motion.

Le conseiller Sam Austin souhaite que les autorités municipales aient accès à la liste des conducteurs de chacune de ces entreprises et aient un droit de veto sur leur permis, comme c’est le cas à Toronto. Le conseil municipal, dit-il, doit faire tout ce qu’il peut pour prévenir de possibles agressions.

Les fonctionnaires municipaux recommandaient que les droits de permis soient fixés à 25 000 $ par année pour toutes les entreprises du genre.

Le conseiller Waye Mason craignait toutefois que cela décourage le lancement de petites entreprises. Sa proposition d’établir une échelle de droits de permis allant de 2000 $ à 25 000 $, selon le nombre de véhicules composant la flotte de l’entreprise, a été adoptée.

Débat sur l'exigence d'un permis de conduire de classe 4

À l’issue d’un vote serré, 9 contre 8, les conseillers ont décidé de ne pas demander au provincial de permettre aux conducteurs de ces entreprises de travailler avec un permis de conduire ordinaire de classe 5.

Les conducteurs devraient plutôt détenir un permis de conduire de classe 4, qui comprend des tests supplémentaires de conduite, un examen de la vue et un examen médical.

Toute personne conduisant un petit camion de livraison a besoin d’un tel permis de conduire, explique le conseiller Steve Streatch. Il dit croire que la même exigence est appropriée dans le cas d’un service de transport offert au public.

Les entreprises Uber et Lyft ont déjà dit qu’elles ne desserviraient pas Halifax si le permis de conduire de classe 4 y est exigé, a déclaré le conseiller Matt Whitman.

D’autres conseillers ont souligné que le permis de conduire de classe 4 est une exigence en Alberta et en Colombie-Britannique, deux provinces où les entreprises du genre sont établies.

Il pourrait s’écouler quelques mois avant que le conseil municipal approuve les modifications définitives à l’arrêté municipal.

Avec les renseignements de Pam Berman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !