•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Micmacs se méfient du projet de parc provincial au Nouveau-Brunswick

Deux Micmacs regardent des panneaux d'information.

Vera Isaac (à droite) doute de la pertinence du projet de création d'un parc provincial dans le bassin hydrographique de la rivière Restigouche.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Le projet de création d'un parc provincial entourant la rivière Restigouche, au Nouveau-Brunswick, suscite la méfiance à Listuguj.

Une trentaine de membres de la communauté micmaque ont participé mardi soir à une séance d'information offerte par le gouvernement du Nouveau-Brunswick sur le projet qui vise à protéger et à mieux encadrer les activités récréatives dans le bassin hydrographique de la rivière Restigouche.

La plupart ont exprimé des craintes concernant les impacts d'un futur parc provincial sur leurs droits ancestraux.

Est-ce que les Micmacs pourront continuer de pêcher le saumon, cueillir des têtes de violon et chasser l'orignal dans un futur parc provincial? a questionné la citoyenne Anna Isaac, qui fréquente le secteur visé avec sa famille.

Rivière Restigouche.

Selon l'ébauche du projet, le parc provincial couvrirait 235 kilomètres de cours d'eau et 20 000 hectares de terre dans le bassin hydrographique de la rivière Restigouche.

Photo : Conseil de gestion du bassin versant de la rivière Restigouche

Mme Isaac a aussi questionné les fonctionnaires néo-brunswickois sur la gouvernance du parc, puisque la gestion de 15 des 24 parcs provinciaux de la province a été cédée à un tiers. Comment s'assurer que les camps de pêche privés ne tirent pas les ficelles de tout ça? Est-ce que les Micmacs pourraient gérer le parc? demande Anna Isaac.

Les résidents de Listuguj ont aussi soulevé la question des droits d'accès qui pourraient être mis en place pour financer le parc. Le citoyen Steven Mitchell s'est farouchement opposé à l'imposition de tarifs pour les Mimacs.

Nous ne payerons jamais un sou pour accéder à nos propres ressources naturelles dans un territoire qui est fréquenté depuis des millénaires par les Micmacs. Jamais! lance M. Mitchell.

Steven Mitchell photographié dans la salle de la rencontre d'information.

Steven Mitchell est intervenu à plusieurs reprises durant la rencontre d'information. À la fin de la soirée, il disait s'opposer au projet dans sa forme actuelle.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Faire payer les Autochtones pour des permis d'accès à un parc, ça ne marchera jamais!

Steven Mitchell, résident de Listuguj

Comment ça va fonctionner quand ça sera un parc? questionne Steven Michell. Est-ce que le gouvernement va restreindre la pêche dans certains secteurs où nous pêchons depuis des millénaires? Nous ne savons pas. Et c'est l'inconnu qui nous effraie.

Certains résidents de Listuguj ont remis en question la pertinence même du projet de parc provincial.

Je ne pense pas qu'ils devraient créer un parc, croit Vera Isaac. Le gouvernement devrait plutôt investir pour renforcer la surveillance et embaucher plus d'agents de conservation, sans nécessairement mettre en place une nouvelle structure.

Le Nouveau-Brunswick se veut rassurant

Le responsable des parcs au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Allen Bard, a tenu à rassurer les Micmacs présents tout au long de la rencontre.

Il soutient que les droits ancestraux des Premières Nations seront respectés.

On sait qu'ils ont des droits et on veut s’assurer qu’ils les gardent. Ils ont été assez clairs. Nous, on voulait les écouter.

Allen Bard , responsable des parcs au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture
Allen Bard est photographié devant un panneau d'information.

Le responsable des parcs et directeur au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture du Nouveau-Brunswick, Allen Bard

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Questionnés par les Micmacs sur la possibilité d'apposer un veto contre le projet, les fonctionnaires ont laissé entendre qu'un projet de parc provincial pourrait difficilement aller de l'avant sans leur aval.

Ça pourrait possiblement être un non pour le projet au complet, explique Allen Bard. S'ils prennent une position ou un vote dans la communauté contre le projet, on va définitivement apporter ça à l'attention du gouvernement et le gouvernement prendra la décision. Ça me surprendrait beaucoup que le gouvernement dise oui si une communauté autochtone dit non à ce projet-là.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick prévoit tenir une deuxième rencontre à Listuguj pour consulter la population lorsque le projet aura dépassé le stade d'ébauche.

Un tournant de la rivière Restigouche.

Le nouveau parc provincial protégerait 20 000 hectares sur 235 km le long de la rivière Restigouche.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau

Un parc de 5,4 millions de dollars

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé récemment son intention de doubler la superficie des aires protégées d’ici 2021. À l’heure actuelle, les aires protégées représentent 4,6 % de la province. L’intention est d’atteindre un taux de 10 %.

Le gouvernement prévoit investir 5,4 millions de dollars pour créer le nouveau parc provincial qui aurait pour objectif de préserver de manière proactive la ressource naturelle et de reconnaître la valeur de la région comme destination écotouristique internationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !