•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’astronaute David Saint-Jacques offre un vibrant plaidoyer pour la Terre

Il porte une combinaison bleue.

Dans l’espace, « on devient frères et sœurs », affirme l'astronaute David Saint-Jacques.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Karim Ouadia

La Terre est fragile et il faut la sauver. « On n’a pas le choix », affirme l’astronaute canadien David Saint-Jacques, qui a passé six mois dans l’espace à bord de la Station spatiale internationale.

C’est un homme aux yeux brillants comme ceux d’un enfant qui a plaidé mardi la cause de la Terre dans le studio de 24•60.

L’astronaute, toujours ému par les images qu’il a vues depuis le hublot de son vaisseau spatial, parle d’une planète belle et tellement fragile.

Ça [la Terre] flotte au milieu de la mort, le vide glacial rempli de radiations. La Lune est une grosse roche, le Soleil est une boule de feu, toutes les autres planètes ne sont pas vraiment hospitalières. Et il y a la Terre, une oasis impossible. C’est notre vaisseau spatial. On est tous astronautes, explique-t-il.

On vit sur une boule de magma avec une petite croûte dure, l’eau des océans est comme une couche de vernis sur la terre. L’atmosphère est comme une petite brume qui est collée par la gravité et ça nous garde en vie dans le cosmos.

David Saint-Jacques, astronaute, Agence spatiale canadienne

Relation et conflits internationaux

Pour l’astronaute, les relations conflictuelles entre les pays et les guerres ne valent rien devant l’immensité de l’univers et la nécessité de veiller sur la planète. Les conflits des humains se dissipent dans l’espace.

Dans l’espace, on devient frères et sœurs, soutient l'astronaute ,qui a travaillé avec des collègues de divers pays.

On est tellement proches l’un de l’autre […] La politique est là, elle existe, elle est vraie [...], mais entre nous, c’est comme si on parlait de chicanes entre nos parents.

David Saint-Jacques, astronaute

M. Saint-Jacques raconte que les astronautes vivent ensemble dans un espace réduit, entretenant une relation basée sur la confiance mutuelle complète et absolue.

C’est aussi une source de fierté professionnelle d’être une démonstration vivante quotidienne qu’on est capable de travailler ensemble, insiste-t-il.

Mars, une excuse pour s’améliorer

La planète Mars

La planète Mars est la quatrième à partir du Soleil.

Photo : NASA / JPL

La planète Mars est 1000 fois plus loin de la Terre que la Lune, mais cela nous donne une excuse de nous creuser la tête pour résoudre des problèmes tellement complexes qu’on n’aurait pas résolus autrement, estime l’astronaute.

Mars, c’est l’excuse pour résoudre des problèmes de recyclage, des ressources, de la terre, de l’eau, de la gestion de l’énergie pour pouvoir en revenir, les problèmes médicaux auxquels les astronautes vont faire face.

Il en sera de même pour les problèmes de politique internationale, il faudra y aller dans le cadre d’une collaboration internationale. Il s’agit d’un beau défi pour les générations qui viennent, selon M. Saint-Jacques.

Les gens qui vont aller sur Mars, qui vont concevoir le système, sont nés, mais ce sont encore des enfants. Ces rêves-là sont encore dans leur tête, ajoute David Saint-Jacques.

L'entrevue intégrale avec David Saint-Jacques sera diffusée samedi à 12 h 30 HNE et dimanche à 15 h 30 HNE, à ICI RDI.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Espace

Science